Lyon : la pollution automobile en forte baisse, des craintes pour l'après-confinement

Selon les données d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, la pollution liée au trafic automobile a fortement baissé partout en France depuis le début du confinement pour lutter contre le coronavirus. Pourtant l'agence de la qualité de l'air craint le retour à la normale. 

Dans un communiqué publié ce mardi par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, les observatoires régionaux de qualité de l’air ont présenté un bilan “confirmant la très nette diminution de la pollution automobile (oxydes d’azote, NOx*) partout en France depuis la mise en place du confinement”. Selon les villes, les baisses varient entre - 30 % et – 75 %.

À Lyon, la diminution a été de 63 % et même de 65 % dans l'agglomération. Dans la région c'est Grenoble qui enregistre la plus forte baisse avec -72 %. “À noter que Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Valence et la vallée de l’Arve font partie des villes concernées par le précontentieux engagé par la Commission Européenne pour non-respect des valeurs réglementaires sur le NO2”, précise Atmo. 

À travers ces données, l'agence de la qualité de l'air redoute une forte progression de la pollution après la fin du confinement. “Il ne faudrait pas qu’une reprise de l’activité économique et donc du trafic routier vienne annihiler les améliorations observées ces dernières semaines en matière de qualité de l’air”, appréhende-t-elle. Et de conclure : “La situation que nous vivons actuellement le prouve : une diminution drastique du trafic routier a un impact positif et immédiat sur la qualité de l’air et donc sur notre santé à court comme à long terme.”

*Les NOx ou oxydes d’azote regroupent le monoxyde d'azote (NO) et le dioxyde d'azote (NO2). La source principale d’émission de NOx en ville est le trafic routier pour plus de 2/3. Les observatoires de la qualité de l’air ont donc privilégié ce polluant comme indicateur de la baisse de la pollution automobile. Les données analysées proviennent de stations de mesures de la qualité de l’air représentatives de la pollution due au trafic routier. Pour les agglomérations de Lyon et Grenoble, il s’agit respectivement des données mesurées sur les stations au bord du Périphérique Est à Lyon et le long du boulevard Foch à Grenoble. Pour la ville de Lyon, il s’agit de la station de mesure située avenue Jean-Jaurès (7ème arrondissement). 
à lire également
Faire défiler vers le haut