Lumières 2014 Anookis

Lyon : la fête des Lumières 2016 aura lieu dans un format réduit

Gérard Collomb a annoncé ce lundi en conseil municipal que la Fête des lumières aurait bien lieu en 2016, mais qu’elle serait circonscrite à la Presqu’île.

Aura lieu, aura pas lieu ? Le maire de Lyon a tranché. La Fête des lumières aura bien lieu. Pas sous sa forme de 2015 (réduite au 8 décembre). Pas non plus sous sa forme étendue précédente. Elle sera cette année circonscrite à la Presqu'île.

"Supprimer une deuxième année, ça serait en terminer définitivement avec cette fête", a déclaré Gérard Collomb au conseil municipal. Le maire de Lyon a annoncé un événement hyper sécurisé. Les points d'entrée et de sortie seront contrôlés à la manière d'une fanzone géante, avec des fouilles. Sur les axes routiers qui mènent à la Presqu'île, des véhicules lourds seront postés pour éviter que quelqu'un ne fonce dans la foule, comme à Nice cet été.

“Il n’y a pas de risque zéro, mais ce serait céder aux terroristes que de tout annuler”

"C'est sans doute l'événement qui fait le plus rayonner la ville. Nous allons mobiliser des moyens considérables. Ceci étant dit, il n'y a pas de risque zéro, mais ce serait céder aux terroristes que de tout annuler", a poursuivi le maire de Lyon.

Gérard Collomb a rencontré Michel Delpuech, le préfet du Rhône et d'Auvergne-Rhône-Alpes, ce mardi, pour valider ce plan pour la Fête des lumières. Un plan qui avait été travaillé en amont, explique la préfecture : "Cela avait déjà été réfléchi durant des réunions de travail entre la préfecture et la ville depuis la fin du mois d'août. Tout ce qui a été dit [par le maire, NdlR] a été fait en concertation avec le préfet, mais certains détails peuvent être encore modifiés."

Il faut “continuer de faire et de préserver la fête”

Les annonces de Gérard Collomb sont donc fondées sur les préconisations de la préfecture : "Sur le fond, le préfet a toujours dit qu'il fallait continuer de faire et de préserver la fête. Mais on sait très bien aujourd'hui qu'il faut redimensionner les événements, dans le temps et dans l’espace."

Politiquement et personnellement, Gérard Collomb ne pouvait pas annuler cette année, explique Romain Blachier, l'adjoint à la culture du 7e arrondissement : "L'an dernier, ça lui a fendu le cœur de l'annuler. Il était vraiment dégoûté." La décision de maintenir a fait l'unanimité du conseil, à l'exception de Christophe Boudot (FN), qui s'est abstenu, militant pour rester sur "la version traditionnelle" de l'événement. De son côté, le maire de Lyon a affirmé que "chacun pourr[ait] vivre l’événement comme il le souhaite : de façon festive, poétique ou spirituelle".

à lire également
David Kimelfeld engrange de nouveaux soutiens avec l’annonce, ce jeudi, d’un partenariat avec les élus du groupe Synergies. Le nouveau mode de scrutin affaiblit leurs poids politique mais permet au président de la métropole de s’appuyer sur des élus bien ancrés sur l’une des circonscriptions les plus indécises.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut