Lyon : la cité rêvée de Tony Garnier dans un livre en crowdfunding

Entre 1901 et 1904, Tony Garnier conçoit et dessine le projet "Une Cité industrielle". Considérée comme une référence dans l'histoire de l'architecture, cette ville du futur rêvée va reprendre vie dans un ouvrage exceptionnel actuellement en cours de financement participatif.

Lyon se prépare à fêter les 150 ans de la naissance de Tony Garnier, architecte de talent dont l'héritage fait encore partie du quotidien de la ville. Entre 1901 et 1904, lors de sa résidence à la Villa Médicis, Tony Garnier conçoit et dessine son projet "Une Cité industrielle", considéré comme une étape majeure dans l'histoire de l'architecture urbaine. En 1917, il en aurait offert un original au maire de Lyon Édouard Herriot, exemplaire conservé dans son intégralité aux Archives municipales de la ville et récemment numérisé. Aucune publication de ce projet n'a été relancée depuis 1988.

Les éditions deux-cent-cinq et Archipel Centre, en partenariat avec les Archives municipales de Lyon ont souhaité combler ce manque avec une nouvelle édition d'Une Cité industrielle. Il s'agira ainsi du premier véritable fac-similé réalisé à partir d'un original, composé de 164 planches, plans de la ville entière, de quartier, de détails, illustrations en perspectives... Certains documents sont des grands formats reproduits sur un ensemble de cahiers non reliés. Cette édition est quadrilingue, français, italien, anglais et allemand, fidèle à la vision d'un Tony Garnier universaliste.

Un financement participatif a été lancé sur la plateforme Kickstarter, une contribution dès 29 euros permettra de recevoir le livre en avant-première à la rentrée.

à lire également
Tony Garnier et son projet de “cité industrielle” [Une cité industrielle 3 SAT 2 / Gilles Bernasconi / Crédit photographique (reproduction) / Archives municipales de Lyon] (montage LC)
Petit architecte de province (vu de Paris) ou visionnaire qui a su marquer durablement une ville (vu de Lyon), Tony Garnier a laissé un héritage d’une grande modernité. Mais ses rêves les plus ambitieux n’ont jamais vu le jour. Entre utopie industrielle et ambitions inachevées, ces projets auraient pu encore plus changer le visage de Lyon.
Faire défiler vers le haut