Le tracé actuel de l’Anneau des sciences « version courte »

Lyon : l'Anneau des sciences est mort (encore), mais ne devrait plus revenir

L'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences, déclarée morte une première fois, s'était à nouveau invitée dans la campagne pour la métropole de Lyon. Dimanche, l'acte de décès a été signé une nouvelle fois.

Fin de partie pour l'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences à Lyon qui devrait être définitivement annulée suite à la victoire des verts à la métropole. Ex top, ce projet de plus de trente ans, visant à boucler le périphérique à l'ouest, était largement critiqué depuis plusieurs années, en raison de son impact sur l’environnement, la pollution et la possible hausse du trafic qu'il allait engendrer.

Mi-mai nous consacrions une nécrologie sur l'Anneau des sciences qui venait d'être abandonné par son dernier soutien, le maire de Lyon, Gérard Collomb (lire ici). Mais moins d'un mois après, le candidat et son protégé Yann Cucherat ressortaient le dossier de sa tombe, invoquant un projet seulement "reporté" (voir ici).

Les résultats du deuxième tour dans la métropole de Lyon et l'arrivée du Vert Bruno Bernard à la présidence marque la fin du dossier Anneau des sciences. Déjà considéré comme anachronique en 2020, avec une livraison prévue pour 2035 / 2040, il ne devrait pas s'inviter à nouveau dans les débats en 2026.

De nouveaux dossiers chauds sur la table

Cette fin laisse désormais la porte ouverte à l'étude des alternatives pour faire diminuer le trafic sur l'axe M6/M7, mais aussi sur la desserte de l'Ouest lyonnais par des solutions comme le métro E et/ou téléphérique.

D'autres dossiers chauds autour de la question du trafic ne devraient pas manquer d'être posés sur la table dès la fin de l'année, à l'image du mega-entrepôts d'Amazon à côté de l'aéroport de Saint-Exupéry. Se posera également la question de l'Arena, une salle de sports et spectacles à côté du stade de l'Olympique lyonnais, ainsi que la pérennité de projets plus petits, mais à l'impact réel sur des secteurs comme la route Voie Nouvelle 33 à Meyzieu, le prolongement de l'avenue Gadagne à Saint-Genis-Laval jusqu'au futur terminus du métro B aux Hôpitaux Sud et le risque de la voir être transformée en "petit périphérique". Si le serpent de mer Anneau des sciences a rejoint les abysses, de nouveaux symboles parfois bien plus petits devraient faire surface durant les six années à venir.

1 commentaire
  1. JANUS - 30 juin 2020

    Comme pour la suppression des centrales nucléaires, il faudra assumer l'inachèvement du 3/4 périphérique lyonnais !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut