“sur le plan économique, l’idée est d’être le plus efficace possible et sur le plan environnemental, c’est d’appliquer le bon produit, au bon moment et au bon endroit”
Article payant

Lyon - Digital farming : la 4e révolution agricole

La combinaison de l’expertise biologique, du big data et de l’intelligence artificielle est sur le point de déclencher la prochaine et quatrième révolution de l’histoire de l’agriculture. À Lyon, le géant Bayer, qui a fusionné avec un Monsanto honni des écologistes, est à la pointe sur le sujet.

286 millions d’euros et une douzaine d’années pour mettre au point une nouvelle molécule commercialisable sur le marché. "Vous comprenez la raison pour laquelle les acteurs sont rares sur le marché et les concentrations nombreuses", explique Rachel Rama, docteur en microbiologie et directrice du Centre de recherche et développement de La Dargoire chez Bayer, en référence au rachat de Monsanto par Bayer et aux fusions de Syngenta/ChemChina et Dow Chemical/Dupont. Sur un marché hyper concurrentiel, il faut savoir anticiper, en ayant à l’esprit que l’agriculture devra être en capacité de nourrir 10 milliards de personnes à l’horizon 2050. Avec, en toile de fond, une responsabilité qui aujourd’hui fait consensus : la nécessité de prix accessibles dans un contexte de réchauffement climatique, en veillant à limiter l’extension des surfaces agricoles aux dépens des territoires sauvages. Un défi gigantesque.

Il vous reste 77 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Faire défiler vers le haut