Un cambriolage à eu lieu dans le quartier quartier Ferrandiere / Maisons Neuves, le suspect à d'abord volé les clés de l'appartement.
@WilliamPham

Lyon : deux policiers municipaux interpellés après une bagarre à Terreaux

Jeudi 5 janvier, deux policiers municipaux ont été interpellés après une bagarre proche de la place des Terreaux. Selon leurs collègues, ils ont été reconnus, ciblés et agressés.

Jeudi 5 janvier aux alentours de 5 h 30, deux policiers municipaux du Groupe opérationnel mobile (GOM) qui n'étaient pas en service ont été interpellés dans le 1er arrondissement de Lyon, rapporte Lyonmag.

Ils auraient dans un premier temps été pris à partie par une dizaine d'individus, rue Romarin, à quelques mètres de la place des Terreaux. Le groupe, constitué selon nos informations, d'individus bien connus des agents municipaux, les aurait insulté et menacé de mort.

Policiers agressés ou en état d'ébriété ?

Une bagarre aurait ainsi éclaté et, selon Lyonmag, deux témoins ayant tenté de s'interposer auraient eux-aussi été pris à partie. La police nationale est ensuite arrivée sur place interpellant plusieurs personnes, dont les agents municipaux.

Selon le secrétaire national adjoint de Force ouvrière police municipale, contacté par Lyon Capitale, "ce sont les deux agents qui sont allés d'eux-mêmes à la rencontre de leurs collègues de la police nationale pour leur dire qu'ils avaient été agressés. Ils se sont finalement retrouvés en garde à vue".

D'après les informations de nos confrères du Progrès, l'alerte aurait été donnée par le gérant d'une épicerie après que deux individus apparemment alcoolisés ont dégradé sa vitrine et commis des violences sur trois personnes. Une toute autre version donc.

Le tag, à quelques pas du lieu de l'altercation, visant un membre du GOM.

Bertrand de Force ouvrière rappelle tout de même que les individus présents "avaient bien identifié nos collègues en tant que policiers", appuyant ses propos par une photo d'un tag sur lequel on peut lire : "Bertrand de la GOM on fait sucer ta femme."

Reconnus et ciblés

Pour le syndicat, cette affaire est un triste rappel de la situation intenable dans laquelle se trouvent les agents du GOM. "On nous dit d'éviter des secteurs, mais on a encore notre liberté de circuler. On connait ce lieu puisqu'on y a interpellé deux auteurs de quatre coups de couteaux. On se fait agresser parce qu'on fait notre travail et on le fait bien", déplore le secrétaire national adjoint.

Une inquiétude que la fausse polémique sur la suppression des places de stationnement dédiées aux agents de police dans les parkings LPA avait révélée. A l'époque, avant de découvrir qu'il s'agissait d'une erreur, le syndicat rappelait : "Pour certains agents, c’est une question de sécurité de pouvoir se garer en souterrain près de leur lieu de travail. C’est très difficile pour un policier lorsqu’il est reconnu en ville."

Contactée, la Ville de Lyon précise de son côté qu'une "enquête judiciaire est en cours pour déterminer les circonstances exactes de cette affaire. En parallèle, la ville de Lyon a décidé d'ouvrir une enquête administrative. En attendant le résultats de ces enquêtes, les deux agents sont suspendus à titre conservatoire."

Une décision que regrette Force ouvrière : "Avant même qu'ils soient sortis de garde à vue on les suspend. Le maire aurait préféré quoi ? Qu'on les retrouve ensanglantés ?"

Les deux agents ont été présentés au parquet et seront jugés pour violences aggravées en juin prochain.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut