Les sapeurs-pompiers du Rhône déployés dans le Var ont été mobilisés au niveau de la commune de Gonfaron. (Photo SDMIS)

Lyon : des pompiers du Rhône combattent l’immense incendie qui ravage le Var

Dimanche 15 août, 28 sapeurs-pompiers du Rhône ont été envoyés en renfort dans le Var, en prévision de potentiels incendies, aux côtés d’une quarantaine de soldats du feu de l’Ain et de la Savoie. Moins de 24 heures plus tard, ils ont été déployés pour combattre l’immense incendie de 20 km de long qui ravage ce département du sud de la France. 

Depuis lundi 16 août, un immense feu de forêt ravage l’arrière-pays de Saint-Tropez, dans le Var. Mardi 17 août, l’incendie avait déjà parcouru 5 000 hectares et mesurait environ 20 kilomètres de long alors que "la partie est loin d'être gagnée", selon des pompiers cités par l’AFP. Actuellement, près de 900 pompiers, dont 338 issus de la région Auvergne-Rhône-Alpes, travaillent d’arrache-pied pour tenter de contenir le brasier. 

Dès dimanche, une colonne de renfort, composée de sapeurs-pompiers du SDMIS et des SDIS de l’Ain et de Savoie, avait été envoyée dans le Var, en raison "d’un risque très important et exceptionnel de feux de forêt" dans ce département du sud de la France. Le groupe de vingt soldats du feu du Rhône, épaulé par une unité de commandement de huit membres du SDMIS, n’aura pas attendu longtemps avant d’être mis à contribution. 

28 pompiers du SDMIS sont en mission dans le Var pour lutter contre l'immense incendie qui ravage l'arrière-pays de Saint-Tropez depuis lundi 16 août. (Photo SDMIS)

Un incendie exceptionnel de par sa taille

Environ 24 heures après son arrivée, le groupe rhodanien, spécialisé dans les feux de forêt, aux côtés de 40 pompiers de l’Ain et de la Savoie, a été déployé sur le terrain, au niveau de la commune de Gonfaron, pour lutter contre ce feu de forêt très étendu. Selon le lieutenant-colonel Éric Vergeat, du SDMIS, les feux de cette ampleur sont "exceptionnels, on en connaît un par décennie".

Pour mener à bien leur mission, les pompiers du Rhône peuvent s’appuyer sur six véhicules tout-terrain, dont un léger et quatre poids lourds équipés de citernes d’eau pouvant contenir "entre 2000 et 3000 litres chacune".

De manière générale, l’engagement de ces pompiers, salariés ou volontaires, sur ce type d’opération se fait sur une semaine. Au besoin, ils pourraient donc être relevés "par une équipe fraîche", du SDMIS, en fin de semaine, si les autorités du Var en font la demande, précise Éric Vergeat. "Il faut bien comprendre qu’ils ont déjà été engagés de manière très forte toute la nuit, jusqu’en début d’après-midi, souligne l’officier du SDMIS. Ils ont pu profiter de quelques heures de repos dans l’après-midi, avant d’être de nouveau déployés cette nuit. Il y a de gros efforts à faire." 

Les pompiers du SDMIS ont été déployés en fin de journée lundi et sont restés mobilisés jusqu'en début d'après-midi ce mardi. (Photo SDMIS)

Aucune victime, mais de nombreuses évacuations

Si l’incendie n’a pour le moment pas fait de victime, plusieurs milliers de personnes ont dû être évacuées, à titre préventif, et une dizaine d'habitations ont été "détruites" par les flammes. Selon l’Agence France Presse, six campings ont notamment été évacués.

L’inquiétude se fait également grande concernant les dégâts sur l’environnement, qui s’annoncent déjà importants. "La réserve naturelle de la plaine des Maures a été dévastée pour moitié. C'est une catastrophe, car c'est l'un des derniers spots abritant la tortue d’Hermann", une espèce protégée, expliquait ainsi à l'AFP Concha Agero, directrice adjointe de l'Office français de la biodiversité.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut