député 4e circonscription
© Tim Douet

Lyon : des fumeurs recherchés pour une étude sur la cigarette électronique

Cette recherche scientifique vise à évaluer l'efficacité  de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique.

L’unité d’addictologie du centre Hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc cherche de nouveaux volontaires, pour participer à une étude sur l’efficacité de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique. Cette enquête ECSMOKE, lancée fin 2018 à l’échelle nationale et coordonnée par l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris, vise à évaluer l’efficacité de la cigarette électronique, comme aide à l’arrêt du tabac, au regard du médicament de référence dans le domaine : la varénicline. En tout, 10 établissements de santé français participent à cette enquête, dont le centre Hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc. 

En tout 650 personnes seront nécessaires pour les 4 ans d'enquête. “Ces volontaires seront accompagnés gratuitement pendant 6 mois par des médecins tabacologues. Ils bénéficieront d’un suivi personnalisé, de conseils d’aide à l’arrêt du tabac, et recevront un kit composé d’une cigarette électronique et des liquides nécessaires (avec ou sans nicotine), mais également de comprimés (médicament de référence d’aide au sevrage tabagique ou placebo) à prendre tous les jours”, écrit l'hôpital dans un communiqué. 

Les volontaires seront répartis de manière aléatoire en trois groupes : “Groupe placebo”, “Groupe nicotine” et “Groupe contrôle / varénicline”. Pour être éligible, il faut : “Fumer au moins 10 cigarettes par jour, depuis un an minimum”, “être âgé de 18 ans à 70 ans” et “être motivé(e) pour arrêter de fumer”.

Renseignements et inscription : 04 78 61 88 68 ou addictologie@chsjsl.fr

à lire également
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
Après deux jours de stabilisation, le nombre de patients hospitalisés à cause du coronavirus COVID-19 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes repart à la hausse ce 3 avril. On compte désormais 448 décès à l'hôpital auxquels il faut ajouter 202 morts dans les EHPAD de la région.
Faire défiler vers le haut