Cigarette
©DR

Lyon : cigarette, gaz, début de la trêve hivernal... Ce qui change au 1er novembre

Comme souvent, le début de mois est propice aux changements ayant un impact sur le pouvoir d’achat des ménages.

Hausse du prix du tabac

Les cigarettes, cigarillos, cigares et le tabac à rouler vont voir leurs prix augmenter. Le prix du paquet de 20 cigarettes va, en moyenne, prendre 50 centimes en plus. L’objectif est le passage de la barre symbolique des 10 euros, ce qui est déjà le cas pour un certain nombre de marques. Le tabac à rouler va, lui, en moyenne, augmenter de 1 euro.
Pour éviter de se ruiner, il est possible d’envisager de s’essayer au « mois sans tabac » dont la 5e édition commence également le 1er novembre.

Augmentation des prix du gaz

Le 1er novembre le gaz sera plus cher : les tarifs réglementés augmenteront de 1,6 % par rapport à octobre. Dans le détail, l’augmentation est de +0,4 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, +0,9 % pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude, et +1,7 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Frais bancaires plafonnés

Au bout de cinq irrégularités ou incidents bancaires en un mois, les clients considérés comme fragiles, c’est-à-dire surendettés, inscrits au fichier de la Banque de France bénéficieront du plafond de 25 euros de frais bancaire. Le plafond est fixé pour une durée de trois mois.

Trêve hivernale

Le 1er novembre c’est le début de la trêve hivernale. Les expulsions locatives ne sont plus autorisées jusqu’au 31 mars sauf quelques exceptions comme en cas d’arrêté de péril d’un bâtiment. Les coupures de gaz et d’électricité sont également interdites durant ces cinq mois.

Novembre c’est aussi le mois où il ne faudra pas oublier de régler sa taxe d’habitation. Jusqu’au 16 novembre par TIP ou par chèque, jusqu’au 21 de façon dématérialisée, les prélèvements bancaires à partir du 26 novembre. Meilleure nouvelle, l’aide de 150 euros pour les jeunes bénéficiant des APL et les étudiants boursiers sera versée à la fin du mois. Par ailleurs le chômage partiel est maintenu dans les mêmes modalités jusqu’au 31 décembre à cause de la seconde vague du coronavirus.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut