LC 729 Dessin Téléphérique
Le projet de téléphérique (dessin d’artiste) © Romain Lardanchet

Lyon : Bruno Bernard confirme les deux projets de téléphérique

À peine élu à la métropole de Lyon, le président Bruno Bernard a été interrogé sur ses projets de liaisons par câble.

C'est un serpent de mer qui revient peut-être plus souvent que les rêves de pont entre Croix-Rousse et Fourvière. Ce jeudi 2 juillet, Bruno Bernard a été élu président de la métropole de Lyon (lire ici). La première question qui lui fut posée par les journalistes fut celle des téléphériques pour Lyon.

Lors de leur campagne, les Verts avaient présenté des projets de liaisons par câble, confirmées par le nouveau président. Deux axes prioritaires seront soumis à études : Francheville, Sainte-Foy-lès-Lyon et Lyon, ainsi que Techlid à Limonest vers Lyon Vaise.

L'idée d'un téléphérique ne manque pas d'arguments comme la possibilité de tirer des lignes directes sans être pénalisé par la circulation au sol, ou une rapidité à pouvoir être mis en place sur des secteurs en pente dans un contexte où il est primordial d'agir vite pour améliorer la mobilité.

Il existe quelques défauts néanmoins comme le bruit en fonction des câbles, l'acceptabilité de la part des citoyens qui habitent en dessous ou son coût notamment lorsqu'il passe au-dessus des habitations (les vitres des cabines doivent alors s'opacifier comme c'est le cas sur le téléphérique de Brest).

Une première étude en 2019

Fin 2019, le Sytral s'était montré très critique sur ce type de liaison testant trois scénarios où les coûts restaient importants pour le nombre de voyageurs : 150 millions d'euros pour 800 à 2500 voyageurs par jours pour plateau nord - Grand Montout (avec des variations saisonnières fortes et en fonction de la météo), 125 millions d'euros pour 1000 à 2000 voyageurs par jours pour Caluire - Vaise, et enfin 210 millions d'euros pour 4 000 voyageurs par jours pour Francheville - Gerland. 

Selon le Sytral, de telles lignes représentaient un coût autour de 30 millions d'euros par kilomètres pour un nombre de voyageurs équivalent à celui d'une petite ligne de bus (voire très petite). Néanmoins, jusqu'à présent, les services de l'autorité organisatrice ont toujours tiré le frein sur ce type de projet.

Les deux nouvelles hypothèses d'axes ne manqueront donc pas de relancer quelques débats autour de l'arrivée de téléphériques à Lyon.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut