L’équipe de la Bagage’Rue, accompagnée de Marion Veziant-Rolland, directrice générale du Foyer Notre-Dame des Sans-Abris, lors de l’inauguration – © La Bagage’Rue

Lyon 7e : la 1re bagagerie pour SDF ouvrira le 6 juin

Dispositif déjà en place à Paris, Marseille ou Nantes, c’est une première pour la capitale des Gaules. Dès le 6 juin, des personnes vivant dans la rue pourront bénéficier d’un casier où déposer leurs affaires. L’association Bagage’Rue travaillait depuis deux ans sur l’ouverture d’un tel espace.

Dormir dans la rue, c’est aussi dormir avec ses affaires sur le dos. Les biens les plus précieux des personnes sans domicile fixe sont aussi les plus vulnérables. Dans la deuxième ville de France, ce n’est pourtant que le 6 juin qu’ouvrira la toute première bagagerie pour sans-abris. Il sera possible pour tous de venir déposer leurs affaires dans des casiers mis à disposition gratuitement par l’association Bagage’Rue. Au 47 rue Capitaine Robert Cluzan, des bénévoles accueilleront dès le 6 juin les bénéficiaires pour qu’ils puissent, sans restriction de délais, laisser leurs bagages et autres affaires précieuses.

Un projet citoyen

"Le but n’était pas de créer une énième structure sociale, mais bien un lieu de passage et d’échange qui répond à un besoin réel", décrypte Lucille Marcelin, la seule salariée de l’association Bagage’Rue. Créée il y a deux ans, l’association a d’abord rencontré de nombreux acteurs sociaux comme la Croix-Rouge ou Médecin du Monde avant de discuter avec les futurs bénéficiaires du projet, les sans-abris. "Les enquêtes ont prouvé qu’il y avait un besoin de ce type de structure à Lyon. C’est d’ailleurs ce manque qui nous a permis d’obtenir des financements de la ville, de la direction départementale de la cohésion sociale et de la fondation Abbé Pierre", poursuit Lucille, qui espère que les subventions attribuées en 2017 le seront également en 2018. Quant au local, il est mis à disposition par le foyer de Notre-Dame des Sans-Abris, pour une somme "dérisoire".

L’engagement au cœur de la bagagerie

La Bagage’Rue met au cœur de son fonctionnement l’investissement. "Nous souhaitons que le lieu devienne un espace d’échange. Si nos bénévoles ne feront pas d’accompagnement social, ils pourront orienter les utilisateurs vers des structures pouvant leur venir en aide", explique Lucille. Pour toute personne passant le pas de la porte, une adhésion obligatoire, au montant libre à partir de 0 euro. "C’est le moyen que nous avons trouvé pour faire de nos bénéficiaires, les futurs bénévoles. En parallèle, nous aimerions qu’ils puissent avoir un pouvoir de décision, lors de réunions par exemple", poursuit la jeune femme. "Il n’y a pas de contrainte de délais, on peut laisser ses affaires aussi longtemps qu’on le souhaite, il faut juste revenir au moins une fois par mois, pour qu’on s’assure qu’il ne s’agit pas de bagage abandonné. En échange, nous nous engageons à l’inconditionnalité de l’accueil, évidemment, et à ne pas fouiller les sacs", détaille Lucille.

La Bagage’Rue ouvrira ses portes dès le 6 juin, les lundis et mercredis de 7h à 8h30 puis de 18h à 19h30 et les samedis, de 10h à 11h30 puis de 17h30 à 19h. L’objectif pour l’association : pouvoir ouvrir tous les jours d’ici le mois d’octobre. Pour l’heure, Lucille constate : "Nous pensions avoir besoin de quelques semaines pour nous faire connaître et pour gagner la confiance des gens. Mais plusieurs acteurs sociaux nous ont dit que nous étions très attendus. Nous disposons de plusieurs petits casiers pour les objets de valeur ou les papiers, et de 80 espaces plus grands, pour les gros bagages. Ce n’est pas suffisant dans une ville comme Lyon, nous serons sans doute très vite complet." Pour l’heure, cette initiative très bien reçue par le public préfère proposer une vraie bagagerie qui fonctionne correctement avant de réfléchir à s’implanter aussi, dans un autre arrondissement.

à lire également
Un duo bénévole-réfugié en plein montage du festival Lyon BD © Tim Douet – juin 2018
Dans le cadre de Lyon BD, la galerie de la place des Terreaux accueille du 5 au 10 juin une exposition sur les réfugiés dans la BD. Mais le festival va plus loin, intégrant à son équipe de bénévoles des réfugiés membres de l’association Singa.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut