Annonce location de studio contre services sexuels

Loue studio contre "services entre adultes consentants", Lyon centre

Les difficultés à trouver un logement dans les grandes villes semblent inspirer certains propriétaires peu scrupuleux à profiter de la situation, comme en témoignent ces annonces les relations sexuelles remplacent le loyer.

Une annonce proposant un appartement contre des services sexuels

L'annonce a indigné les internautes cette semaine. Sur le site de petites annonces Leboncoin.fr, un post de dimanche dernier propose de louer un studio à Lyon contre "des services entre adultes consentants". Une formulation aux sous-entendus sexuels à peine voilés. D'autant que l'auteur précise d'emblée que la proposition est "uniquement à destination des femmes". "Je ne répondrai pas aux hommes", précise-t-il. L'annonce a été signalée par une internaute et retirée.

Ces propositions de "logement contre services intimes" fleurissent régulièrement sur Internet, généralement sur des sites moins fréquentés, comme g-trouve.com, alors que les leaders du secteurs sont devenus plus réactifs face à ces dérives. Les destinataires sont le plus souvent des femmes, certaines annonces s'adressent à des hommes homosexuels.

"Logement contre services intimes"

Le phénomène concerne toute la France mais plus spécialement les grandes villes. Si certains "services", semblent se limiter à des tâches ménagères, d'autres annonces sont bien plus explicites. Comme celle de cet "homme sportif de 30 ans" qui propose un studio à Bordeaux "contre un service hebdomadaire étudiante". Il demande de joindre des photos au mail de prise de contact."Pas sérieux s'abstenir", précise-t-il. Proposition encore plus claire pour cette maison de 78 mètres carrés dans le Loir-et-Cher : "Recherche colocatrice à titre gratuit en échange de moment sexe". A l'inverse ce jeune homme parisien propose "services ménagers et intimes" à qui lui fournira un toit. 

Au cours du mandat précédent, les ministres Barbara Pompili et Cécile Duflot avaient souhaité assimiler cette pratique à du proxénétisme en déposant un amendement à la loi Duflot sur le logement. Amendement finalement retiré au motif que la loi contre le harcèlement permettrait de lutter contre ce type d'annonce. En Grande-Bretagne, où le phénomène sévit également, c'est par les réseaux sociaux que cette pratique a été dénoncée, sous le mot clé #SexForRent.

à lire également
Alors que certains ont déjà commencé leur cursus universitaire, beaucoup d'étudiants recherchent encore un logement à Lyon. Ces derniers font face à de nombreuses difficultés, notamment les critères d'admission qui deviennent de plus en plus sélectifs. Pour les étudiants étrangers, la situation se complique davantage.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut