Agnès Pannier -Runacher en déplacement à l'OL groupe sur fond de crise énergétique
Agnès Pannier-Runacher en déplacement à l’OL groupe sur fond de crise énergétique, avec Xavier Pierrot, directeur adjoint de l’OL groupe @ C.G.

L’Olympique Lyonnais vise la neutralité carbone de son stade en 2030, "voire 2025"

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, était en visite au stade de l'Olympique Lyonnais sur fond de crise énergétique jeudi 22 décembre. L'occasion pour l'OL Groupe de présenter ses avancées en matière de sobriété énergétique.

L'Olympique lyonnais a présenté ses avancées en matière de sobriété énergétique à la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, en visite au Groupama Stadium jeudi 22 décembre. Le stade "vert" de l'Olympique Lyonnais, sur la pelouse duquel s'est rendue la ministre, illustre bien les actions de l'OL Groupe sur le plan de l'éco-responsabilité. L'entreprise lyonnaise a profité du déplacement d'Agnès Pannier-Runachier, sur fond de crise énergétique, pour dresser auprès de la presse un premier bilan de son plan intitulé "+20 -20", qui vise à augmenter de 20% ses capacités de production d’énergie, tout en réduisant de 20% sa consommation d’énergie.

5% de baisse par an

Depuis 2017, le Groupama Stadium baisse ainsi sa consommation d'énergie de 5 % chaque année, affirme OL Groupe. Plusieurs mesures mises en place par le groupe permettront au stade, d'une capacité de 59 186 places, d'atteindre la neutralité carbone en 2030, "voire 2025" estime le directeur général adjoint de l'entreprise, Xavier Pierrot. "Depuis notre arrivée, nous avons changé les ampoules par des LED. On peut éteindre et éclairer instantanément le stade, ça évite la surconsommation", précise le groupe. Afin d'entretenir la pelouse, l'OL s'est équipé d’un système pour chauffer l'herbe et éviter que les joueurs aient à courir sur une patinoire. Un poste de consommation très énergivore, qui a donc été retravaillée pour réaliser des économies. Depuis deux mois, le chauffage de la pelouse est donc passé de 13 à 8 degrés. En complément, le groupe a doté ses infrastructures d'un système de pilotage automatisé des espaces, qui permet de "programmer l'électricité dans certaines pièces à certaines heures".


"Grâce aux équipements éco-responsables, d'ici 2024, on prévoit jusqu'à 80 % d'autoconsommation", précise l'OL Groupe


Des efforts salués par la ministre de la Transition énergétique, qui n'a pas tari d'éloge sur les mesures de sobriété de l'OL. "Le stade est un très bel exemple de ce que nous avons voulu bâtir autour du plan de sobriété. Ne pas allumer des heures avant le match, faire en sorte de piloter cet éclairage, puis bien sûr la gestion technique des bâtiments en baissant le chauffage, ce qui permet de baisser drastiquement la consommation en énergie du Groupama Stadium", explique Agnes Pannier-Runacher.

Agnès Pannier -Runacher en déplacement à l'OL groupe sur fond de crise énergétique
Agnès Pannier-Runacher en déplacement à l'OL groupe sur fond de crise énergétique @ C.G.

Production d'énergies renouvelables

Pour consommer moins et produire plus, l'OL a également installé des panneaux photovoltaïques sur les toits de ses parkings situés autour du stade et du centre d'entraînement. En 2023, d'autres seront installés sur le de la LDLC Arena qui doit sortir de terre dans le courant de l'année pour accueillir des matchs de basket et des concerts. Des installations qui permettent au Groupama Stadium de devenir un véritable producteur d'énergie renouvelable, une démarche chère à la ministre de la Transition énergétique, qui porte le "projet de loi énergie renouvelable".

L'OL groupe, parking avec toiture en panneaux photovoltaïques @ C.G.

Lors de ce déplacement dans la région lyonnaise, l'ancienne inspectrice des finances en a profité pour remercier les Français pour leur mobilisation en matière de sobriété, "en trois mois, l'ensemble des Français a baissé sa consommation d'énergie de plus de 10 %, en cumulant électricité et gaz, et ça, c'est l'effet de la mobilisation des entreprises, des administrations, des collectivités locales et des Français".

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut