Photo d’illustration. (Photo Antoine Merlet)

L’interdiction de brûler ses déchets verts toujours en vigueur dans la Drôme

Adoptée en février 2020, l’interdiction pour les particuliers de brûler les biodéchets et les déchets verts est toujours en vigueur et l’automne arrivant la préfecture de la Drôme effectue une piqûre de rappel auprès des habitants du département. 

L’automne arrivant, c’est l’heure du grand nettoyage des jardins avant l’entrée dans la période hivernale. À cette occasion, le volume de déchets verts a vite tendance à s’accumuler chez les particuliers. Certains seraient tentés de vouloir les éliminer en les brûlant, mais cette pratique est strictement interdite depuis le 10 février 2020 et le passage de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. 

Jusqu'à 450 euros d'amende

En modifiant le code l’environnement, celle-ci a marqué la fin du brûlage à l’air libre des déchets verts, qui génère "une source importante de polluants dans l’air", explique l’Ademe (Agence de la transition écologique). Brûler 50 kg de végétaux équivaudrait ainsi à parcourir 14 000 km avec une voiture essence récente, ou encore à trois semaines de chauffage d’une maison équipée d’une chaudière au bois. En outre, la préfecture de la Drôme rappelle que cette activité peut aussi gêner "le voisinage" et engendre des "risques d’incendie".

Crédit : Préfecture de la Drôme.

Il existe donc plusieurs alternatives à cette pratique : compostage, broyage, dépôt en déchetterie. Le contrevenant s’expose à une amende de classe 3 qui peut s’élever jusqu’à 450 euros et être constatée, notamment, par le maire de la commune. 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut