LES POUBELLES VONT-ELLES CHANGER DE MAIN ?

Le gagnant pourrait être Véolia, ce qui mettrait cette entreprise dans une situation ultra dominante. Elle possède déjà 85 % du marché de l'eau du Grand Lyon. Son concurrent Sita MOS, le sortant, s'inquiète que la décision ne lui soit défavorable.
Le prochain conseil communautaire doit attribuer 50 % du marché des déchets ménagers au privé. L'appel d'offres, lancé en avril, s'appuie sur un rédécoupage des secteurs géographiques et sur de nouveaux critères de développement durable. Selon Bruno Coudert, le directeur du service propreté, il faut désormais prendre en compte les normes européennes pour des véhicules non polluants, le bruit et la sécurité notamment dans les zones difficiles comme les impasses. A quoi s'ajoutent des clauses sociales : la création d'une vingtaine d'emplois d'insertion. Le choix de la commission des marchés devrait porter à 50 % sur des critères de prix et à 50 % sur des aspects techniques. Des critères qui devraient être favorables à Sita MOS qui met en avant son nouveau système de chargement latéral et sa norme OHSAS*. Pourtant cette entreprise s'était émue il y a quelques temps du déroulement de la procédure. Et s'étonne encore d'avoir été victime récemment du premier mouvement de grève depuis trente ans. Déstabilisation ? Intox ? En tous cas les débats sur la passation de ce marché devraient être suivis de près.

* OHSAS : Occupational Helth and Safety Assesment Series, norme internationale de santé et sécurité au travail, l'équivalent d'une norme " Iso ".

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.
Faire défiler vers le haut