"Les polémiques ne sont pas justifiées"

Il faut faire comprendre que la recherche a toujours des retombées pratiques et souvent inattendues. Il est important que des fonds soient attribués à la recherche et que les industriels participent à leur reproduction. Aux Etats-Unis, les rencontres entre académicien, industriels et grands publics sont constantes, pas assez en France.

Le fil rouge de cette édition est la contribution des sciences de la vie aux objectifs du millénaire définis par les Nations Unies. En matière de santé, quelles sont pour vous les priorités ?
La priorité c'est l'accès aux vaccins et aux soins dans les pays sous développés. Le sida reste un problème majeur. On doit aussi éradiquer une bonne fois pour toute la poliomyélite. Elle est réapparue l'an dernier en Afrique dans des communautés musulmanes qui ont refusé la vaccination. Il faut transmettre la connaissance vraie qui peut être tordue par des considérations négatives ou religieuses. Il ne fait pas de doute également que la possibilité d'utiliser des cellules souches, des cellules embryonnaires pour reconstruire des tissus et des organes est un enjeu majeur.

Précisément, la thérapie cellulaire fait polémique. De même que l'utilisation des OGM dans l'agriculture. Deux sujets qui seront abordés à Biovision...
Les polémiques ne sont pas justifiées par de bonnes raisons. Sur les organismes génétiquement modifiés, il faut savoir de quoi on parle. C'est quelque chose de remarquable. Mais un pays comme la France qui invente le concept de précaution et les 35 heures doit être contre beaucoup de choses.

*Roger Guillemin est prix Nobel 1997 pour ses travaux sur les hormones cérébrales. Français, il vit aujourd'hui aux Etats-Unis où il est membre de l'académie des Sciences.

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut