Photo: Aline Duchêne

Les meilleurs tatoueurs d'Europe et du monde à Lyon ce dimanche pour la Ink Factory

Jusqu'à ce dimanche soir, la convention internationale du tatouage se tient à Lyon, aux usines Fagor, dans le 7ème arrondissement. Les meilleurs tatoueurs d'Europe et du monde se sont donnés rendez-vous pour cette 3ème édition de l'une des plus grandes conventions de tatouage en France.

"Je suis le Michel Platini du tatouage", lance l'artiste Tin-Tin, en souriant derrière son stand. Venu de Paris pour l'occasion, le tatoueur est une tête d'affiche dans le milieu. Il s'est lancé comme tatoueur dans sa jeunesse. "À l'époque, c'était l'âge d'or, il y avait très peu de praticiens", explique-t-il. Tin-Tin a vite été reconnu comme l'un des meilleurs tatoueurs du monde.

Tin-Tin, artiste tatoueur. Photo: Aline Duchêne

Pour lui, aujourd'hui, c'est l'occasion de rencontrer d'autres artistes pour de futures collaborations. "Le tatouage concerne toutes les couches de la société", explique Tin-Tin qui est heureux de voir se rassembler des gens de différents mondes autour de cette passion. "Une convention de tatouage, ça casse les barrières et le communautarisme", ajoute-t-il.

Ils sont plus de 200 tatoueurs à être venus du monde entier à la Ink Factory. Créée en 2018 à Lyon, cette convention entend réunir, dans un même lieu, des centaines d'artistes tatoueurs de renommée internationale avec animations, concerts et concours en prime.

Photo: Aline Duchêne

Passionnés de tatouages ou novices, l'évènement a déjà fait venir plus de 20 000 visiteurs lors de ses deux premières éditions. Ils sont des centaines à se faire tatouer lors de la Ink Factory, comme Jules, venu de Bordeaux pour l'évènement et heureux gagnant du Best of the day, un concours qui récompense le tatouage le plus remarquable de la journée. "Je lui ai juste dit le style que je voulais, je lui faisais confiance", explique Jules qui s'est fait taouer par Christian Boye, un artiste dannois.

Outre les méthodes de tatouage classiques, la Ink Factory met à l'honneur des techniques moins connues, comme la sak yan, venue de Thaïlande. "On instille des prières dans les tatouages, qui ensuite, jouent un rôle de protection", explique Arjan Matthieu, un tatoueur français basé à Hua-Hin, en Thaïlande.

Photo: Aline Duchêne

Au programme ce dimanche:

  • 14h : Show Mère Dragon
  • 15h : Show Fred Kyrel
  • 17h : Show Mère Dragon
  • 18h : Concours Best of Full Black / Front / Bodysuit / Best of Collaboration
  • 19h : Best of Day
  • 19h30 : Best Show

La Ink Factory est ouverte jusqu'à ce soir 20h dans les usines Fagor, au 65 rue Challemel Lacour dans le 7ème arrondissement. Tarif: 15 euros.

 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut