Ce samedi aucun rassemblement n’est annoncé sur la Presqu’île. Deux manifestations, dont une non déclarée, doivent se dérouler à travers les 6e, 3e et 7e arrondissement de Lyon. (Photo M.A.)

Les manifestations contre le pass sanitaire réunissent plusieurs milliers de personnes à Lyon

Pour le troisième week-end de suite, plusieurs manifestations étaient organisées dans les rues de Lyon ce samedi. Selon les organisateurs ils étaient entre 5 et 7 000, un chiffre estimé à trois fois moins par la Préfecture. Des échauffourées entre forces de l’ordre et manifestants ont éclaté au niveau des 7e et 2e arrondissements de Lyon et neuf personnes ont été interpellées (MaJ : 01/08/21).

Les samedis se suivent et se ressemblent en ce mois de juillet 2021 à Lyon. Pour le troisième week-end de suite, des opposants au pass sanitaire sont descendus dans la rue pour dénoncer  la mise en place du pass sanitaire ou encore la vaccination et revendiquer leur "liberté". 

La journée de mobilisation a commencé aux environs de midi dans le 3e arrondissement de Lyon, au niveau de l’Hôpital Édouard Herriot où les sections syndicales Sud et FO avaient appelées les soignants à se réunir. Entre 100 et 200 personnes ont répondu à l’appel des syndicats, pour dénoncer la vaccination obligatoire des soignants et l’application du pass sanitaire en milieu hospitalier. Ils ont d’ores et déjà annoncé leur volonté de se réunir une nouvelle fois le 5 août. 

Lire aussi : Des soignants de l'hôpital Édouard Herriot à Lyon débutent une grève illimitée contre le projet de loi sanitaire

Un peu plus tard, en début d’après-midi, deux autres manifestations se sont élancées de deux arrondissements différents. Un premier cortège, non déclaré en Préfecture, s’était donné rendez-vous place Carnot, un endroit pourtant interdit aux "rassemblements revendicatifs", suite à l’entrée en vigueur d’un arrêté préfectoral. 

5 000 à 7 000 participants selon les organisateurs 

Ne pouvant pas accéder à la rue Victor Hugo, bloquée par les forces de l’ordre, les manifestants réunis dans le 2e arrondissement, environ 1000 selon la Préfecture, ont alors pris la direction des quais de Saône. Dans le calme, le cortège a ensuite convergé vers la place Bellecour, également interdite aux manifestants, avant d’être poussé vers le pont de la Guillotière, où les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et d’un canon à eau pour disperser la foule. 

De l’autre côté du Rhône, à quelques kilomètres de là, environ 5 000 à 7 000 personnes, selon les organisateurs du rassemblement déclaré en préfecture, défilaient dans le calme entre le parvis Renée-Richard (Lyon 3e) et la place Jean-Macé, rapporte le Progrès. Les chiffres obtenus auprès de la Préfecture font état d’un rassemblement de 1 200 personnes sur la place du 7e arrondissement, aux environs de 16 heures, parmi lesquels il faudrait compter des manifestants qui étaient auparavant sur la Presqu’île. 

Neuf interpellations

Une trentaine de minutes plus tard, la situation a commencé à se tendre entre les forces de l’ordre et certains manifestants, les premiers ont alors noyé l’avenue Jean-Jaurès sous les gaz lacrymogènes, tandis que les seconds leur jetaient divers projectiles. Les forces de maintien de l'ordre ont notamment dû repousser le cortège qui tentait de s’approcher de la Préfecture, également présente dans le périmètre interdit d’accès. 

En fin de journée, les services de l'État n’étaient pas au fait d’éventuels blessés, que ce soit du côté des manifestants ou des policiers et gendarmes mobilisés, en revanche ils nous ont confirmé l’interpellation de neuf personnes.  

MaJ 01/08/21 : neuf personnes ont été interpellées en marge des manifestations et non huit comme nous l'écrivions samedi 31 juillet.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut