videosurveillance

Les caméras fleurissent dans les campagnes

VIDEOSURVEILLANCE - Incitées financièrement, les petites communes du Rhône se mettent à la vidéosurveillance, vendue comme LA solution à leurs problèmes de délinquance.

videosurveillance ()

Le préfet du Rhône l’a répété lors de la signature du Plan de prévention de la délinquance : “la vidéoprotection” est au cœur de la politique de prévention. Une volonté affichée à l’été 2007 par Nicolas Sarkozy qui avait promis de tripler le nombre de caméras. Pour créer des vocations, le gouvernement a mis en place un fonds (FIPD) richement doté qui permet de financer jusqu’à 50 % les investissements des municipalités. L’effet a été rapide. Depuis 2008, les demandes fleurissent y compris dans les petites communes rurales et périurbaines. Pour les aider dans leur prise de décision, la gendarmerie réalise des diagnostics de sécurité.

La moitié renonce alors essentiellement pour des raisons financières”, explique le colonel Jean-Philippe Guérin, chef de la gendarmerie du Rhône. En fonction du matériel, les coûts peuvent être multipliés par dix. À Charly, commune du sud-ouest de Lyon, l’installation de deux caméras à 360° a coûté 70.000 euros alors que Saint-Pierre-de-Chandieu, dans le sud-est, a payé ses 23 caméras 90 000 euros.

La vidéosurveillance n’est pas la solution miracle

L’investissement est à mettre en rapport avec les objectifs poursuivis. “Généralement les communes veulent régler les problèmes de petites délinquances et d’incivilité. Dans ces communes, on supporte moins les nuisances que l’on trouve également en ville, comme des jeunes qui squattent les places pour consommer de l’alcool et fumer du cannabis”, rapporte le colonel Guérin.

Certains maires se mettent à la vidéosurveillance surtout pour montrer à leurs concitoyens qu’“ils font quelque chose”, souligne le sociologue Tanguy Le Goff, l’un des spécialistes de la vidéosurveillance en France : “Avec les caméras, les maires agissent sur le sentiment d’insécurité. Mais en aucun cas, ils vont diminuer les éventuelles problématiques de délinquance qui, généralement renvoient à des problèmes de désœuvrement. Faute d’activité ces jeunes des classes moyennes vont traîner dans les rues et commettre des petits actes dégradations ou des petits désordres. Il faut donc plutôt des moyens humains”.

De “l’argent dilapidé” ?

vidéosurveillance liste ()

Dans les communes, les avis sont partagés sur l’efficacité d’un dispositif de vidéosurveillance. Le maire de Charly explique que la présence de deux caméras n’a pas empêché “sa voiture” de se faire voler sur la place de la commune. “C’est l’augmentation des rondes de la gendarmerie qui a permis de faire diminuer la petite délinquance”, explique Claude Vial. À Saint-Pierre-de-Chandieu, “ces caméras ont déjà permis de résoudre certaines affaires de vandalisme, de vol de véhicules et de cambriolage”, affirme Francis Clergeot, l’adjoint à la sécurité, qui a prévu d’en installer cinq de plus d’ici la fin de l’année. Le débat sur l’efficacité est sans fin puisque aucune étude ne l’a démontré, comme l’avait rappelé le rapport d’information des sénateurs Courtois et Gautier (présenté le 10 décembre 2008).

Dans les bourgades, les oppositions s’engouffrent dans la brèche. À Neuville-sur-Saône, le socialiste Alain Martin-Rabaud annonce que les caméras que la mairie est sur le point d’installer ne “résoudront pas les problèmes de délinquances”. À Chazay d’Azergues, l’opposition municipale est surtout le fait des parents d’élèves et instituteurs qui veulent des “explications” sur les caméras qui truffent les écoles (lire par ailleurs).
En l’absence de réelle certitude sur l’efficacité de la vidéosurveillance, le sociologue Tanguy Le Goff alerte sur “l’argent dilapidé sans discernement” par les communes et les préfets, véritables “VRP de la vidéoprotection”. Pour 2010, 30 millions d’euros sont engagés par l’État pour le développement des caméras. Dans le Rhône, en 2009, c’est 717.858 euros qui ont été versés à 12 communes, auxquels il faut ajouter une somme au moins équivalente apportée par les communes elles-mêmes.

_______________________

Zéro contrôle Dans cette course à la vidéosurveillance, on a oublié de mettre en place des dispositifs de contrôle des surveillants. La “vidéoprotection” se développe en effet sans aucun contrôle a posteriori. Comme nous l’expliquions dans notre enquête parue dans Lyon Capitale de septembre 2009, c’est une commission départementale, présidée par un magistrat, qui donne un avis consultatif au préfet sur toutes nouvelles installations. Cette commission est censée contrôler leurs mises en place. “Mais nous n’avons pas le temps, ni les moyens”, précisait-on à la préfecture du Rhône. Quant à la CNIL, elle n’est plus compétente sur cette question depuis la loi de 1995.

________________________

Des caméras jusque dans la cour de l’école

À une vingtaine de kilomètres de Lyon, une petite commune de la vallée de l’Azergues est sur le point de mettre en marche 37 caméras. Pour une population de 3900 habitants. Un record.

vidéosurveillance ()

Chazay d’Azergues, ses pierres dorées, son château et maintenant ses 37 caméras de vidéosurveillance. Pour une population de 3 900 âmes. Le maire Alain Martinet (UMP) a sans doute souhaité une caméra pour 100 habitants. Avec un tel ratio, cette bourgade coquette du sud Beaujolais tient certainement un record. On en compte notamment quatre sur la mairie, cinq au stade de foot, six sur la crèche, trois à l’école maternelle et six à la primaire.

C’est l’installation début mai des caméras sur les bâtiments des écoles qui a déclenché les hostilités, dans ce village d’ordinaire si paisible. Quand les instituteurs ont découvert les caméras, ils ont immédiatement demandé, avec les parents d’élèves, des explications. Le maire leur a répondu que “le matériel n’enregistrera les événements qu’en dehors des heures de classes pour assurer la sécurité des biens”. Non satisfaits par une réponse aussi lapidaire, les parents et les instituteurs ont saisi la CNIL (Commission nationale Informatique et Liberté) pour alerter sur l’absence d’information. “On ne sait pas si les caméras filmeront pendant le temps périscolaire et à la pause déjeuner. Or il y a des enfants pendant ces moments là”, s’inquiète Émilie de Regnaucourt, présidente de la FCPE locale.

Nous aurions souhaité demander au maire pourquoi il n’a pas sollicité un diagnostic sécurité réalisé par la gendarmerie pour mieux évaluer ses besoins”. Mais depuis que les parents d’élèves ont prévenu les médias, Alain Martinet refuse de répondre aux questions des journalistes. Dans sa mairie hérissée de caméras, il attend le feu vert de la préfecture du Rhône pour mettre le système vidéo en marche, qui a coûté 80.000 euros dont 34.000 pris en charge par la préfecture. Mais pourra-t-il enfin démanteler le trafic de billes de la cour d’école ?

à lire également
Police
Réclamée de longue date par les syndicats de police, la réforme qui permet d'inscrire un numéro de matricule plutôt que les noms et prénoms du policier dans les actes de procédures judiciaire est désormais une réalité.
8 commentaires
  1. jerome manin - 30 septembre 2010

    Et voyez-vous, dans nos campagnes, fleurir ces féroces caméras ...

  2. Elyonor - 30 septembre 2010

    L'avantage de la vidéosurveillance pour un élu est l'apparence de sécurité. Peu importe les résultats au regard de l'investissment. Cela rassure les citoyens et c'est bon pour l'image. Pour l'efficacité et les deniers publics, circulez y à rien à voir. Et pour les dérives possibles, on n'en parle pas, vous pensez bien que nos élus ont pensé à tout.Dormez tranquille, Super Papy Touraine veille sur vous lyonnais !

  3. Elyonor - 1 octobre 2010

    Villeurbanne fait de l’ombre à Lyon Le coût important du système à Lyon mérite certes une remise en question du réseau, qui a été étendu sans évaluation aucune de son efficacité. La chambre des comptes reconnaît tout de même que sur les 3 dernières années, la délinquance de voie publique à baissé de 22,6 % sur Lyon, et même de 23,5 % sur les lieux équipés de caméras à Lyon. Cependant, le nombre de délits a diminué de manière plus forte à Villeurbanne, malgré l’absence de caméras. CQFD !Ces marchés de vidéosurveillance à plusieurs millions d'euros sont une aubaine... à quand un bon papier sur ce système...

  4. Elyonor - 1 octobre 2010

    ...bon papier qui démontrera qui en profite réellement !

  5. Opsomer - 2 octobre 2010

    L’article 17 A de la Lopssi 2 stipule que dans tous les textes législatifs et réglementaires, le mot : «vidéosurveillance» est remplacé par le mot : «vidéoprotection» (sic). Or, l’éditorial de « La Lettre d’information des professionnels de la sécurité, police » du 26 juillet 2008, réalisé par Sébastian Roché, directeur de recherche au CNRS, précisait, pourtant, que «Parler de vidéoprotection constitue une erreur: cela revient à confondre les objectifs (protéger) et les moyens (capture d'images à distance et transmission à un PC ou exploitation a posteriori). Le titre cherche à légitimer une technologie en la rebaptisant : protection est connoté positivement et surveillance... négativement. Or, la technique permet bien de surveiller. Permet-elle de protéger ?». Lyon fournit désormais la réponse à cette interrogation.

  6. Opsomer - 2 octobre 2010

    Si la vidéosurveillance, pardon vidéoprotection, est un leurre, la vidéoverbalisation est une réalité ! Si les caméras sont inefficaces pour traquer les délinquants, malgré la propagande officielle, elles sont, par contre, redoutables pour les automobilistes ! Il faut bien rentabiliser l’investissement, me direz-vous.

  7. Opsomer - 2 octobre 2010

    Pour mesurer l’efficacité de la vidéosurveillance, j'invite à lire le magazine Science & Vie d'avril 2010, qui a publié un article intitulé 'Le bluff de la vidéosurveillance'. Voici son introduction : 'Censées lutter contre la délinquance, les caméras de surveillance prolifèrent dans l'Hexagone. Or, le flot d'images qu'elles diffusent est humainement impossible à regarder ! Et l'analyse automatique reste expérimentale.' En cas de doute sur l'inefficacité de la vidéosurveillance, consultez l'article de Streetpress intitulé “On a testé les caméras de surveillance de Levallois-Perret” (disponible sur le Net), amusant et révélateur à la fois. Il y a aussi l’article de Jean-Marc Manach sur son blog 'Bugbrother' : 'L’impact de la vidéosurveillance est de l’ordre de 1 %'.

  8. Opsomer - 2 octobre 2010

    Le Canard enchaîné a écrit il y a une dizaine d'années dans un dossier spécial consacré à la police que l'essentiel pour un maire n'est pas d'assurer mais de rassurer et telle est la vocation de la vidéosurveillance. Celle-ci est-elle efficace ? Pour cela, il faut que les 'voyous' soient de la commune pour les identifier, en les priant d'ôter cagoule, capuche, casquette ou bonnet pour faciliter leur identification, voire en les invitant à laisser leurs coordonnées pour mieux les retrouver. Par contre, le coût du système est sévère puisqu'il faut des caméras à vision nocturne (vu que les voyous agissent généralement de nuit) avec une optique de qualité (sinon les images seront inexploitables). Il faut également penser à blinder les caméras, vu que des petits malins pourraient avoir l'idée de les caillasser, voire de leur tirer dessus s'ils sont d'une famille de chasseurs (et ce ne sont pas les armes qui manquent en milieu rural, elles sont même plus nombreuses qu'en ville). Il faut également établir un arrêté municipal interdisant la vente de bombes de peinture car une caméra peut être facilement aveuglée par ce biais sans oublier de protéger l'alimentation électrique que certains pourraient être tentés de saboter. Enfin, ne pas oublier que l'Etat peut financer jusqu'à 50 % de l'investissement initial mais que l'entretien, la modernisation, l'exploitation et le personnel éventuel reposent exclusivement sur le budget communal. J'ai failli oublier un aspect totalement occulté dans le débat : la formation des opérateurs vidéo, quasi inexistante aujourd'hui. Il n'existe pas à ce jour de formation initiale commune (chaque ville bricole dans son coin), encore moins un plan de formation continue obligatoire pour les opérateurs vidéo. Quid alors de l'efficacité ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut