Le tunnel de la Croix-Rousse met-il en danger les souterrains de Lyon ?

Alors que les Lyonnais pourront découvrir ce samedi l’avancement des travaux du deuxième tunnel de la Croix-Rousse, certains s’interrogent sur l’impact de ce chantier sur la colline, notamment sur son patrimoine enfoui : les arêtes de poisson.

Creusement à l’explosif, étanchéité et revêtements… le chantier du tunnel de la Croix-Rousse a beaucoup évolué depuis le début des travaux en mars 2010. Au prix de la destruction d'une partie des catacombes qui sillonnent la ville. Une perte patrimoniale dont on ne connaît pas encore les conséquences géologiques. Car les travaux d’aménagement des deux tunnels ont entraîné la destruction de 4 des 32 galeries souterraines qui jouxtaient le chantier. Malgré la construction d'une galerie de contournement, une partie n'a pas pu être épargnée. À un moment, un projet de parois en Plexiglas qui aurait permis de voir les arêtes depuis l'intérieur du tunnel avait été évoqué, mais finalement jugé non viable et abandonné.

On ne connaît pas l’impact des travaux

Découvertes en 1959, ces arêtes de poisson, qui datent du XIIIe siècle, sillonnent toute la colline de la Croix-Rousse. Les fouilles ne permettent pas encore de déterminer jusqu'où elles s'étendent. Leur fonction d'origine demeure un mystère pour les historiens, mais elles sont actuellement exploitées par la ville pour évacuer les poches d'eau qui menacent la stabilité géologique de la colline. "On ne connaît pas encore l'impact qu'aura leur destruction, mais on se souvient tous de l'effondrement du pâté de maisons dix ans après la construction du premier tunnel", soulève Walid Nazim, auteur de L’Énigme des arêtes de poisson. De son côté, la mairie du 1er arrondissement confirme que le tunnel a provoqué de nombreux mouvements de terrain depuis sa construction en 1959.

Découvrir le nouveau tunnel

Ce samedi 15 septembre les personnes s’étant inscrites sur le site des Journées du patrimoine pourront se faire une idée de l’impact des travaux des tunnels de la Croix-Rousse en visitant le tunnel "modes doux".

Large de 10 mètres et parallèle au tunnel existant, la nouvelle galerie du tunnel de la Croix-Rousse accueillera trois voies de circulation. Au centre, un espace surélevé protégera les piétons des voies situées de part et d’autre, destinées respectivement aux vélos et aux bus. Accessible aux personnes handicapées, cette promenade de deux kilomètres sera ponctuée de projections sur les parois et d'ambiances sonores. Des équipements de ventilation garantiront un air sain. Le tunnel devrait être opérationnel d’ici le premier trimestre 2014.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut