(Photo par Anne-Christine POUJOULAT / AFP)

Le Tour de France "machiste" et "polluant" : le maire de Lyon crée la polémique

Une sortie qui fait jaser. Alors que le Tour de France arrive à Lyon samedi (et repart de Lyon dimanche), le maire de Lyon, Grégory Doucet, a vivement critiqué la très populaire course cycliste, la qualifiant de "machiste" et de "polluante". Depuis, les critiques pleuvent.

On ne touche pas au Tour de France. Une institution. Un évènement populaire et planétaire (unique). Qui rassemble petits et grands tout au long du mois de juillet sur les routes et derrière les écrans.

Samedi, le Tour, la Grande Boucle, l'un des évènements les plus populaires de la planète, arrive en plein centre de Lyon, à Cordeliers, après avoir notamment emprunté les montées de La Duchère et de la Croix-Rousse. Il y aura du monde, beaucoup de monde, comme d'habitude, pour "fêter" les coureurs et la plus belle course du monde sur le bord des routes. La belle ville de Lyon va être à l'honneur. Assurément.

"La machine Tour de France" ne plaît pas à Doucet

Mais ce Tour, il ne plaît pas à Grégory Doucet, le nouveau maire écologiste de Lyon, élu triomphalement en juin 2020. "C'est LA grande épreuve du vélo, une grande histoire aussi", souffle Doucet, dans une interview accordée au Progrès. Mais "la machine Tour de France" pose question au premier édile de la ville.

Le maire de Lyon critique ensuite vivement le Tour : "plusieurs points me dérangent. D’abord, le Tour de France continue à véhiculer une image machiste du sport. Quand on défend les valeurs du sport, on défend l’égalité femmes-hommes. Il devrait y avoir un Tour de France féminin depuis longtemps. C’est la dernière épreuve d’envergure à ne pas avoir franchi le pas".

"Le Tour est machiste et n'est pas écoresponsable"

Doucet s'interroge aussi, dans les colonnes du quotidien régional, "sur l’empreinte écologique du Tour". "Le Tour n'est pas écoresponsable. Combien de véhicules à moteur thermique circulent pour faire courir ces coureurs à vélo ? Combien de déchets engendrés [Il n'est] plus acceptable d’avoir des grandes manifestations sportives dont la première priorité n’est pas de se poser la question de leur empreinte".

Evidemment, une telle sortie n'est pas passée inaperçue. Sur les réseaux, le nouveau maire de Lyon a subi les foudres de nombre d'internautes. On ne touche pas à la Grande Boucle, si populaire, si rassembleuse.

Le monde politique, surtout de droite pour l'instant, n'a aussi pas loupé le maire de Lyon. "Le Tour fait la fierté de nos territoires, est notre patrimoine populaire, un trait d’union entre nous. Comme des millions de Français, j’en suis fier. Cessons de casser ce qui nous unit", a réagi le président de la région Hauts de France, Xavier Bertrand, possible futur candidat à la présidentielle de 2022.

De vives critiques, plus de Tour à Lyon avant des années ?

"Le Tour est le dernier grand événement sportif gratuit, populaire et accessible à tous. Il incarne la France des territoires. Alors mesdames et messieurs les maires Verts, arrêtez de stigmatiser bourgeoisement ce qui est une passion française", a souligné de son côté le député LR de l'Ain, Damien Abad.

"Ils se sont fait élire pour « sauver la planète », ils gouvernent pour imposer leur idéologie. Ils ont donc menti à leurs électeurs. Combattre ces écologistes est notre devoir !", a vivement répliqué le maire LR de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret.

Le Tour, en tout cas, n'est pas prêt de revenir à Lyon. "La ville poura être à nouveau candidate à accueillir la Grande Boucle quand elle aura démontré qu’elle peut évoluer", conclut le maire de Lyon. Le passage du Tour a coûté un peu plus de 600 000 euros à la ville de Lyon cette année. C'est sans compter, évidemment, toutes les retombées (positives) autour d'un passage du Tour dans une ville et sa région. Des retombées positives qui seront moindres cette année avec un Tour en septembre et organisé en pleine crise du coronavirus.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut