Le rasoir de sûreté : économique et écologique ?

2, 3, 4, 5 bientôt 6 ? Les rasoirs modernes multiplient le nombre de lames et les innovations technologiques. Face aux Gillette Fusion et autres Wilkinson Hydro, le bon vieux rasoir de sûreté de nos pères fait figure d’antiquité. Pourtant, loin d’avoir rendu les armes, il peut se révéler plus économique mais aussi davantage écologique.

1904 Gillette brevète le rasoir de sûreté. Contrairement au coupe-chou qui se contentait d’un simple affutage, ce modèle révolutionnaire pour l’époque se présente sous la forme d’un "T" dans lequel est insérée une lame jetable. Le brevet tombe dans le domaine public durant les années 30, permettant à d’autres constructeurs de se lancer dans l’aventure. Passé les années 70, le rasoir de sûreté est progressivement abandonné pour des modèles entièrement jetables comme le Bic, tandis que les années 90 marqueront la folie de la multiplication des lames, mais aussi du prix de ces dernières. Alors que durant près de 100 ans le modèle économique consistait à vendre des rasoirs de qualité à fort prix, accompagnés de lames aux tarifs accessibles. Depuis, le schéma s’est inversé avec parfois des rasoirs offerts contrebalancés par des lames particulièrement cher. Témoins de ces changements, les supermarchés se sont retrouvés à devoir protéger les recharges comme des objets de luxe, les enfermant parfois dans des placards fermés à clés. Dès lors, l’homme désirant un rasage efficace tout en évitant de devoir s'endetter tous les mois n’a plus d’autres choix que de se tourner vers le passé

Retour vers le passé

Malgré ses 100 ans bien tassés, le rasoir de sûreté est loin d’être dépassé. Dès à présent oublions le classique coupe-chou qui demande un coup de main particulier et reste réservé aux barbiers. Sur Lyon, une dizaine d’entre eux perdurent. Paradoxalement, il est plus simple de se faire raser que de trouver un rasoir de sûreté. Spécialiste du genre depuis 1830, la Maison Brossard continue de vendre plusieurs modèles ainsi que des blaireaux nécessaires à l’application du savon sur le visage. Pas la peine d’en chercher en grande surface, même les lames commencent à se faire rare.

Par ailleurs plusieurs modèles se présentent à nous : papillon (en photo à droite) ou 2/3 pièces. Le premier étant plus simple lors des changements de lames, l’autre la maintient plus fermement mais demande de dévisser des parties. Par la suite, il est possible d’opter pour un peigne fermé, conseillé à ceux qui se rasent tous les jours, ou ouvert pour les moins assidues. Restera l’option entre manches court ou long, selon les préférences de chacun. Enfin, certains modèles hauts de gamme comme le Merkur Futur ou Vision (LE rasoir de William Adama dans Battlestar Galactica) proposent des réglages pour choisir entre la douceur ou la dureté. Comptez entre 30 et 50 euros pour un rasoir de sûreté simple d’utilisation, doté d’une longue espérance de vie.

Economique et écologique

Faute d’une étude sérieuse sur la question, il faut se contenter des faits. Concernant l’impact écologique, le rasoir de sûreté est un produit durable qui pourra facilement se conserver toute une vie s’il est bien entretenu. Dénuées de pièce plastique, les lames sont entièrement recyclables. Enfin l’un comme l’autre étant encore fabriqué en Europe pour certaines marques, le bilan carbone engendré par le transport est amoindri.

En ce qui concerne le prix, un rasoir de sûreté de bonne qualité se négocie autour de 30 euros, un paquet de 10 lames à 5 euros, chaque lame faisant environ une semaine, avec un jour pour laisser reposer la peau. De son côté un grand classique comme le Mach 3 se situe sous la barre des 9 euros, avec un paquet de 5 lames à 10 euros, là encore avec un usage d’une semaine par lame. La première année, le rasoir sûreté revient donc à environ 56 euros contre 113 pour le Gillette. Ce calcul n’ayant bien sûr aucune vocation scientifique et devant être adapté aux habitudes de chacun. Cependant, le constat est sans appel, le rasoir de sûreté est rapidement amorti et se révèle économique dès le court terme. Par ailleurs, face au coût prohibitif des lames des Fusion ou bien encore des Hydro 5, l’ancêtre donne plus d’une leçon. Reste une question : un rasoir au système vieux de plus de 100 ans est-il aussi efficace qu’un jeune loup de haute technologie, multi-lames ?

Le choix des armes

Il faut parfois savoir donner de sa personne. Dans un premier temps, soucieux de ne pas y laisser un morceau de joue, j’ai choisi d’être un bon élève et de respecter toutes les étapes. Dès lors, mon choix s’est arrêté sur un rasoir Merkur 23C (photo à gauche), idéal pour débuter et bénéficiant d’un excellent rapport qualité-prix, puisque vendu 25 euros.J'ajoute 5 lames Derby (2€).

Histoire d’être résolument appliqué, je choisis de prendre : une crème avant rasage Edwin / Jagger (13€), un blaireau Plisson (40€), du savon Crabtree and Evelyn parfum Sandalwood (13€), ainsi qu’un After shave Vichy (10€). Ce dernier est sans alcool, cet élément ayant tendance à assécher la peau. Je complète ma trousse par une pierre d’alun (5€) à appliquer après le rasage pour calmer le feu du rasoir. Toutes ces aides sont du luxe qui est surtout là pour me rassurer. Le choix est laissé à la libre appréciation de chacun suivant ses envies et goûts. Une mousse à raser en spray pourra faire l’affaire, mais sera moins écologique. En outre, le blaireau permet de masser la peau et de faciliter l’opération. Comme dit le proverbe, "une barbe bien savonnée est à déjà moitié rasée".

L’expérience

Ainsi, me voici parti dans une grande aventure. Première étape : laissez reposer le blaireau dans un bol rempli d’eau tiède pendant 5 minutes. Pendant ce temps-là, appliquer la crème avant rasage qui va faciliter les opérations. Vider le bol, frottez le blaireau au milieu du savon, imbibez le bien. Ensuite, dans le bol, faites monter la mousse en tournant rapidement. Une fois que cette dernière à une jolie texture, appliquez-la sur la peau, en prenant bien soin de la masser avec le blaireau.

Le rasage peut commencer. Pensez à tirer votre peau avec votre main pour faciliter la glisse du rasoir. Le premier passage se fait dans le sens du poil. Un second optionnel dans le sens inverse permet pour finir le tout. Personnellement, le premier essai fut sans accident, me contentant d’un seul passage. La seconde tentative fut moins douce, le second passage ayant tendance à laisser des petites coupures. Faute de partie mobile pour épouser les contours du visage, la main doit être ferme et douce à la fois. Verdict : mieux rasé qu’avec un multi-lames, la peau est douce et les accidents disparaissent rapidement avec le temps. Le rasoir de sûreté gagne sur toute la ligne.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut