Le prix des "essentiels de la rentrée" : du simple au quintuple !

COMPARATIF. Les enfants ont repris ce jeudi le chemin de l'école. Pour les parents retardataires qui voudraient terminer leurs courses de rentrée ce week-end, voici un comparatif de prix de fournitures choisies parmi la liste des "essentiels". Selon les enseignes, le panier revient de 17 à 85 euros.

Mise en place en juillet 2008, la liste Darcos, renommée les "essentiels de la rentrée", propose un panel d'une quarantaine de fournitures scolaires à bas coût dont le prix n'évolue pas d'une année sur l'autre. Les prix des produits varient, en revanche, d'une marque de supermarché à une autre. Ainsi, le panier-type (feuilles, stylos, cahiers, taille-crayons...) revient à 17,53 euros à Leclerc Champvert, tandis que les familles doivent débourser 85 euros au Monoprix rue de la République. Du simple au quintuple alors que l'opération consiste à "limiter le coût de la rentrée pour les familles" selon le site internet du ministère de l'Éducation Nationale.

Lyon Capitale a fait sa liste de rentrée parmi la quarantaine de produits disponible dans "les essentiels". Des produits qui sont, "soit les moins chers, soit ceux de la marque du magasin", selon Jean-Baptiste Joubert, responsable du rayon papeterie au Carrefour de la Part-Dieu. Mais le "moins cher" diffère d'un magasin à l'autre : le cartable, qui ne vaut que 4 euros chez Carrefour, revient à 9,95 euros chez Monoprix. Les protèges-cahiers, qui ne sont qu'à 0,06 euros à Leclerc, coûtent 2,20 euros à Intermarché.

Le coût de la rentrée pour les familles ne se résume pas aux seules fournitures. À celles-ci s'ajoutent les vêtements de ville et de sport, l'assurance scolaire, les abonnements de cantine et de transports... Très vite, le montant global d'une rentrée peut rejoindre la somme de l'allocation de rentrée scolaire - de 280,76 euros à 306,51 euros - versée par la Caisse d'Allocations Familiales (CAF) aux enfants de 6 à 18 ans.

à lire également
uge des SMV d'Ambérieu-en-Bugey - © Elie Guckert
Lyon Capitale a passé deux jours en compagnie d'une section du Service militaire volontaire (SMV) sur la base aérienne d’Ambérieu-en-Bugey à 50km de Lyon. Objectif pour ces jeunes âgés de 18 à 25 ans en décrochage scolaire : s’“armer pour l’emploi”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut