Le PRES, mode d'emploi

Lancés en avril 2006 par le gouvernement Villepin, ces PRES visent à regrouper les établissements du supérieur d'une même zone géographique pour atteindre une certaine taille critique permettant d'être avantageusement placés dans le fameux classement de Shanghaï.

Le PRES lyonnais, inauguré il y a un peu plus d'un an, regroupe six "membres fondateurs" (les trois universités, les deux Ecoles Normales Supérieures (ENS), l'Ecole Centrale) et onze "membres associés" (l'Université catholique, le CPE, l'ECAM, ISARA, ITECH, l'Ecole Vétérinaire, l'ENTPE, l'IUFM, l'IEP, l'ENSSIB, l'INRP). Le 18 juin prochain, le conseil d'administration doit examiner plusieurs demandes d'adhésion dont celle de l'université Jean Monnet de Saint-Etienne, de l'EM Lyon et de l'INSA.

Les établissements membres transfèrent certaines compétences au PRES. Jusqu'au Plan Campus, il s'agissait essentiellement du regroupement des 17 écoles doctorales et de la valorisation de la recherche au sein de l'entité "Lyon Science Transfert". A l'avenir, une carte d'étudiant commune devrait être créée. Le Plan Campus a accéléré le développement du PRES lyonnais puisque désormais, c'est lui qui pilote l'opération de restructuration des deux campus sélectionnés.

Lire aussi :

L'université de Lyon passe à la vitesse supérieure

Les 7 chantiers de l'Université de Lyon

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut