Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, en février 2017 © Charly Triballeau / AFP
Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière © Charly Triballeau / AFP
Article payant

“Le permis de conduire en 20 heures ? Bonne chance !”

Entretien avec Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, qui a porté notamment le dossier de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes nationales. Alors que la question du permis de conduire semble passer au second plan, il en rappelle toute l’importance.

Lyon Capitale : Le permis a-t-il besoin de faire sa révolution, est-il trop cher ? Emmanuel Barbe : Pour la sécurité routière, l’enseignement de la conduite doit être vu comme le premier pas vers une activité particulière, conduire. Au fond, c’est souvent la seule activité véritablement dangereuse qu’une personne accomplira durant toute sa vie. Le permis est donc une chose très importante. C’est aussi un passeport vers l’emploi, en particulier là où il n’y a pas ou peu de transports en commun. La question du prix du permis est donc tout à fait légitime. En France, il faut faire en moyenne 35 heures de cours de conduite avant d’avoir son permis. Surtout, on a intérêt à être bien formé, car c’est sa vie mais aussi celle des autres que l’on met en jeu. Après, sur la question “permis en ligne ou dans une auto-école classique ?”, la neutralité s’impose. Je peux simplement dire que le consommateur doit faire attention aux mirages. Quand on vous dit que l’on peut passer son permis en tout juste 20 heures, c’est bien peu crédible ! Les vingt premières heures sont peut-être bon marché, mais ensuite l’addition peut vite devenir salée. Peut-il échapper à l’ubérisation ?

Il vous reste 80 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Stéphane Bouillon
Le préfet du Rhône, Stéphane Bouillon, vient de décréter une fermeture administrative de 3 mois contre l’auto-école Permis Libre. Une décision forte qui arrive dans un contexte déjà marqué par l’affaire PermiGo.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut