ambroisie
DR

Le Grand Lyon lance son dispositif de lutte contre l'ambroisie

La métropole de Lyon vient de dévoiler son dispositif de lutte contre l'ambroisie, une plante au pollen hautement allergisant.

La lutte contre l’ambroisie vise à interrompre le cycle de reproduction de la plante et à éviter la dispersion des graines dans le but de réduire progressivement le stock de graines présent dans le sol.

La métropole invite tout le monde à signaler la présence d'ambroisie via son dispositif "signalement ambroisie". EN 2015 il y a eu 1538 signalements dans le Rhône et 1095 dans la métropole. Au sein de la Métropole, 80 à 100 agents de terrain ont été formés fin mai et début juin afin de "reconnaître la plante, pour la détruire et la neutraliser".

Chacun peut aussi lutter contre l'ambroisie chez lui. En effet, cette plante n’aime pas la "concurrence végétale". Il est alors possible d’empêcher son apparition en semant du gazon, en évitant de tondre trop ras, en évitant les désherbants totaux et en recouvrant le sol nu par un paillis d’écorce ou par une toile autour des plantations.

La région Rhône-Alpes est la région la plus touchée en France par l'ambroisie. Au total, 13 % de la population Rhône-alpine est touchée par les allergies au pollen de l'ambroisie. Ce chiffre peut atteindre 21 % dans les zones les plus fortement exposées. Soit entre 100 000 personnes et 130 000 personnes impactées. Les coûts de santé sont estimés à plus de 15M€ par an pour la seule région Rhône-Alpes.

Cette plante originaire d'Amérique du Nord est apparue en France en 1863. Sa présence est restée discrète jusqu'aux grands travaux d'aménagement du territoire après la Seconde Guerre mondiale. C'est à partir de cette époque qu'elle se répand et prolifère. On la trouve principalement sur les grandes voies de communication, les terrains en friche, les zones pavillonnaires avec des lots vacants ou en construction, les chantiers de travaux publics, les espaces verts en cours d'aménagement et dans le milieu agricole.

à lire également
Depuis 1989, la Métropole de Lyon (anciennement Courly et Grand Lyon) disposait d'un appartement dans le très chic 7e arrondissement de Paris. La Métropole de Lyon louait ce lieu 233 000 euros par an. Ce bail a été résilié.
Faire défiler vers le haut