Le collège Henri-Barbusse mène la mutinerie contre l'inspection d'académie

Le mouvement de grève entamé lundi par les enseignants du collège Henri-Barbusse n'est pas prêt de se terminer. Après avoir manifesté mardi et obtenu une audience auprès de l'inspection d'académie, les professeurs ont eu la désagréable surprise de voir les promesses de l'inspectrice se volatiliser mercredi, avant d'occuper le bureau de leur proviseur et d'exiger une réponse avant jeudi 16 heures.

Ce n'est que mardi vers 11h15, après une journée et demi de grève, que les enseignants du collège Henri Barbusse ont pu être reçus par l'inspection d'académie. Au terme de la réunion, l'inspectrice, Simone Christin, leur a annoncé la tenue d'une réunion, jeudi, dans leur établissement afin d'évaluer leurs besoins et de décider d'une possible rallonge d'heures d'enseignement, ce pour quoi ils se battent. Une promesse qui n'est pourtant pas arrivée aux oreilles du proviseur du collège concerné. Selon les enseignants, celui-ci a alors contacté l'inspection d'académie dans l'après-midi afin de confirmer la réunion. "L'inspection a répondu que la réunion avait été annulée. On a vraiment eu l'impression de s'être fait avoir", explique Mickaël Goyot, enseignant du collège. 35 à 40 enseignants ont donc occupé le bureau du proviseur pendant une heure afin de faire pression sur l'administration. Au bout de trois quarts d'heures de négociation entre le proviseur et Simone Christin, une nouvelle réunion a été décidé jeudi avec l'inspecteur d'académie adjoint, André Duco. L'inspectrice d'académie n'a, quant à elle, pas souhaité s'exprimer sur le sujet pour l'instant.

"Des solutions de bricolages"

Mercredi matin, les enseignants du collège réunis en assemblée générale ont décidé d'exiger une réponse de l'administration avant demain 16 heures. Ils menacent notamment de poursuivre le mouvement de grève voire même de le radicaliser par l'occupation des locaux. Le syndicat national des enseignants de second degré (SNES) appelle, quant à lui, à la mobilisation mercredi après-midi devant l'Inspection.

La semaine dernière déjà, des enseignants de Vénissieux avaient manifesté contre la suppression d'heures de soutien. Depuis quelques temps, la tension monte au sein du corps enseignant, peu satisfait par les propos de Luc Chatel sur les remplacements des enseignants par des étudiants et des retraités : "Ils adoptent des solutions de bricolage pour pallier aux suppressions de postes. Mais c'est surtout sous-entendre que le métier s'improvise", déclare notamment Denis Pourrat, professeur au collège Henri Barbusse.

Vendredi 20 mars, les principaux syndicats enseignants ont lancé un appel national à la grève afin de manifester contre les réformes et la politique d'économie du gouvernement. Reste à savoir si ce mouvement aura l'ampleur de celui de l'année dernière.

Lire aussi notre article “Collège Henri Barbusse, la grève continue“.

à lire également
Dessin sur le thème des devoirs à la maison © Isacile
“Tu as fait tes devoirs ?” Chaque soir, c’est la même histoire. Les enfants rentrent à la maison avec leur travail scolaire à faire, ce qui crée dans certaines familles de multiples tensions, voire des conflits… Quelle doit être la place du parent dans ce rituel ? Comment faire pour que les devoirs ne se transforment pas en cauchemar ?
2 commentaires
  1. Pi2r69 - 11 mars 2010

    Depuis plusieurs années, des dispositifs d’aide aux élèves et de nombreux projets pédagogiques ont été mis en place au collège Barbusse. Grâce à cela, les résultats au brevet sont passés de 45% à 80 % de réussite en dix ans et l’ambiance de travail s’est améliorée.Or l’inspection d’académie enlève chaque année un peu plus de moyens.Cette année, la diminution est tellement forte que cela va entraîner à la rentrée prochaine la disparition pure et simple de certains de ces dispositifs d’aide aux élèves, ainsi que la suppression des groupes de sciences.Les enseignants du collège ont décidé de ne pas accepter ces choix budgétaires qui vont priver les élèves de Vaulx-en-Velin des chances de réussite qui leur sont dues. C’est pourquoi ils ont décidé d’être en grève à partir de lundi 8 mars.N’hésitez pas à venir au collège pour venir vous informer et soutenir les personnels qui veulent se battre pour l’avenir des élèves de leur collège.http://rebellyon.info/Mobilisation-au-college-Barbusse.html

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut