Le classement en Parc naturel régional s'éloigne pour la Dombes

Après avoir été validé par l'Etat, le projet de Parc naturel régional (PNR) de la Dombes est au point mort depuis que Laurent Wauquiez a suspendu les négociations et proposé à la place la création d'un conseil de territoire. Un changement de stratégie critiqué par la pétition "Sauvons la Dombes" qui a recueilli 20 000 signataires et qui milite pour la création d'un PNR.

Plus de 20 000 personnes ont signé la pétition "Sauvons la Dombes" en faveur du classement de la région en Parc naturel régional (PNR). Après l'avis favorable de l'État en 2015, le PNR de la Dombes était en bonne voie. Mais le projet a récemment été mis entre guillemets par le président de Région Laurent Wauquiez, qui, peu après son élection, avait suspendu les négociations. À la place, il avait proposé l'aide de la Région pour mettre en place un conseil de territoire, plus économique et moins contraignant que le PNR selon lui.

Un conseil de territoire qui ne convainc pas l'association pour la création du Parc naturel régional de la Dombes, qui regrette de ne pas avoir été prévenue de ce changement de projet. "On n'a jamais été consulté. J'ai juste eu un coup de téléphone de l'un des collaborateurs de Laurent Wauquiez pour me dire qu'il souhaitait suspendre la démarche de PNR", regrette Michel Raymond, président de l'association.

"La centaine de maires consultés est très largement contre le PNR"

Selon lui, la création de ce PNR est essentielle, économiquement et écologiquement : "L'étalement urbain progresse de 5 à 6 km tous les dix ans. Un PNR serait d'abord une stratégie pour un territoire et il définirait des limites à la Dombes. La Dombes est un système économique façonné par les hommes. Un système économique qui a des difficultés. On n'a plus les moyens de rénover les digues et les fossés par exemple. De ce fait, c'est aussi le système écologique des étangs qui est menacé."

La région a lancé une consultation d’élus locaux afin de décider de la création de ce PNR ou d'un conseil de territoire. Contacté par Lyon Capitale, l'entourage du président de Région confie que les maires seraient contre le projet de PNR : "La centaine de maires consultés est très largement contre le PNR. On veut donc les accompagner dans leurs choix. Sur les réponses que l'on a déjà reçues, notre projet recueille un avis positif."

"Ce territoire mérite un travail stratégique parce que dans 20 ans, il sera trop tard"

Mais le mode de consultation est critiqué par Michel Raymond : "Il est regrettable qu'il n'y ait pas de consultation citoyenne. Les maires peuvent rendre un avis en faisant voter leur conseil municipal, mais ce n'est pas obligatoire. Les élus sont donc très embêtés et sont sous pression, puisque Laurent Wauquiez est venu le 14 mars dire tout le mal qu'il pensait des Parcs naturels régionaux."

L'entourage de Laurent Wauquiez s'est tout de même voulu rassurant sur le conseil de territoire qu'il souhaite mettre en place : "On essaie de supprimer le mille-feuille administratif. Le PNR serait une nouvelle couche qui coûte cher, avec au moins 31 agents à plein temps. L'idée serait d'avoir une conférence du territoire de la Dombes pour prendre des décisions. Elle serait composée d’élus, des chambres consulaires et de personnes sur place. Ce serait quelque chose de plus souple et informel. Avec ce système, l'argent pourra aller directement sur le terrain, sans passer par divers échelons comme ce serait le cas avec le PNR."

"Le projet de PNR est un véritable serpent de mer qui date des années 1980. Il faut que la Dombes reste le pays des mille étangs sans créer une lourdeur administrative de plus", conclut-on à la région. Un point de vue qui ne satisfait pas Raymond Michel : "Il n'a rien engagé en direction des habitants. Ce territoire mérite un travail stratégique parce que dans 20 ans, il sera trop tard."

à lire également
D’après une étude révélée par l’Inserm, la région Auvergne Rhône-Alpes serait la plus touchée par les punaises de lit avec 216 consultations pour 100 000 habitants. C’est deux fois plus qu’en région parisienne.
Faire défiler vers le haut