LE CHATEAU DE BAGNOLS, RACHETE PAR UN LORD ANGLAIS

300 personnes, triées sur le volet, assistent à la Garden Party du Château de Bagnols, dans le Beaujolais, à 35 kilomètres au nord de Lyon. Dans l'immense cuvage, des cochons de lait tournent dans la cheminée. Dehors, sous les douves et les tilleuls centenaires, le champagne millésimé est sabré à un rythme régulier. A l'étage, les regards se pervertissent aux trompe-l'oeil du Grand Salon Renaissance, tandis que les palais s'exercent aux fastes culinaires du chef étoilé Matthieu Fontaine. Quelques Porsche et rutilants 4x4 patientent sur le parking.

L'un des 101 plus beaux châteaux-hôtels de la planète
La splendide bâtisse du XIIIe siècle, classée par le magazine britannique Tatler comme l'un des 101 plus beaux hôtels de la planète, vient d'être rachetée par le richissime Lord Andrew Davis. Avec une fortune estimée à 300 millions d'euros (336e fortune anglaise, l'équivalent des patrimoines d'Olivier Ginon et de Jean-Michel Aulas réunis)*, le businessman de 43 ans - ancien client de Bagnols - n'a pas eu trop de mal à débourser les 25 millions d'euros demandés par Lady Helen Hamlyn, anglaise et riche elle aussi (118,5 millions d'euros)*.
C'est elle qui, en 1987, acquiert le château, alors dans un état déplorable. Quatre ans et 14,3 millions d'euros plus tard, Bagnols retrouve son éclat d'antan. Il est d'abord Relais & Châteaux, puis Leading Small Hotels of the World, et, à partir de 2003, Rocco Forte Hôtels, histoire de toucher une clientèle plus internationale. Et plus aisée aussi. Car au château de Bagnols, le luxe et la volupté ont un prix : 475 euros la chambre traditionnelle, 2 395 euros l'appartement.

De Naomi Campbell à la scientologie
"Le Château devrait atteindre son seuil de rentabilité en fin d'année, si le business se maintient et si nos prévisions sont bonnes, explique Delphine Gilles, directrice commerciale. Nous sommes donc loin des premières années d'exploitation où bien sûr, l'hôtel venant tout juste d'ouvrir, il n'était pas rentable." C'est en juin 1996 que la notoriété de Bagnols décolle. Lors du G7, organisé à Lyon, Hillary Clinton y emmène les femmes des chefs d'Etat. Succès immédiat. Suivront Naomi Campbell, Barbara Streisand, Bruce Willis, Demi Moore, Mel B des Spice Girls, ou encore Tom Cruise qui loua le château plusieurs années de suite pendant un mois. C'est même lui qui exigea la construction de l'imposante piscine romaine du château. Il se murmure aussi que l'acteur, fervent adepte de l'Eglise de scientologie, aurait fait une offre pour racheter Bagnols. En vain.
Il est 23h00. Les 300 invités de la Garden Party ont quitté les lieux après un élégant feu d'artifice. Les quelques fortunés clients du château-hôtel s'endorment dans leurs suites. Bagnols referment ses grilles.
* D'après le Sunday Times Rich List 2007.

REPERES
Le 23e hôtel de luxe de Von Essen
Le château de Bagnols est le 23e hôtel de la collection du groupe Von Essen Hotels, fondé et dirigé par Lord Andrew Davis. C'est le premier établissement acheté hors Angleterre et Ecosse. Bagnols vient s'ajouter à des endroits prestigieux tels que Cliveden, dans le Berkshire, ou The Royal Crescent, à Bath.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut