Sébastien Delabre, créateur des T-shirts Laspid © Tim Douet (montage LC)
Sébastien Delabre, créateur des T-shirts Laspid © Tim Douet (montage LC)
Article payant

Laspid, la petite marque lyonnaise qui n’a rien à cacher

Sébastien Delabre a débuté la vente de T-shirts sérigraphiés en coton bio il y a douze ans. Bien avant que la mode “responsable” n’ait bonne presse, il s’est engagé à produire de manière durable et à vendre au prix juste. Philosophie intacte chez Laspid, malgré le succès commercial et la déclinaison des collections en sweatshirts, pantalons, etc.

“Ce projet professionnel est né dans mon esprit – ainsi que dans celui de Franck Sejalon, qui a développé la marque à mes côtés pendant dix ans – en 2005 environ. L’idée : monter une boutique en ligne de T-shirts sur lesquels nous pourrions apposer nos visuels, mais uniquement avec des produits dont on connaît l’origine et qui sont respectueux de l’environnement”, se souvient Sébastien Delabre. Un fil conducteur éthique qui sous-tend non seulement la création de la marque Laspid, mais aussi tous les choix des créateurs depuis. Une démarche équitable, des T-shirts en coton (exclusivement) bio, mais aussi un prix juste : les valeurs de la petite marque lyonnaise détonnent à l’époque. Les amis d’enfance développent leur site de vente en ligne avec leurs propres visuels. Immédiatement, la sauce prend. “C’est peut-être parce que notre positionnement prix est plus que correct, dit le Lyonnais. Je suis personnellement choqué de voir à quel point, dans le monde de la mode, un produit bas de gamme peut être revendu très cher. Que ce soit dans les domaines de l’alimentation ou de l’automobile, il y a du travail, une qualité de finition, etc. Dans la mode, un T-shirt à 75 euros peut être de moins bonne qualité qu’un T-shirt à 5 euros !”

Il vous reste 57 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Sophie Boulhaut, Anne Schulz et un des modèles de leur ligne de bain anti-UV, Miel Melba © DR
Confrontées à l’apparition de mélanomes (cancer de la peau), Anne Schulz et Sophie Boulhaut ont cherché à se protéger du soleil. Mais, dans les rayons des magasins de prêt-à-porter, aucun vêtement n’était adapté à cette pathologie. Elles ont alors décidé de créer la ligne de leurs rêves : un vestiaire de bain chic anti-UV. Portrait d’une innovation à la lyonnaise.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut