Gérard Collomb mène les marcheurs lyonnais
©Antoine Sillières

La "Marche pour l'Europe" de Caroline Collomb reportée

Cette manifestation qui devait servir de baromètre du militantisme En Marche à un an des élections européennes, a été reportée en raison de l'attentat de Trèbes, dans l'Aude.

Pas de défilé de "marcheurs" sous les fenêtres de Laurent Wauquiez ce samedi après-midi. La "Marche pour l'Europe"organisée par la référante du parti La République en marche (LREM) du Rhône, Caroline Collomb, qui devait s'élancer ce samedi à 15 heures sur l'esplanade François Mitterrand, a été reportée, à une date ultérieure, en raison de l'attaque de Trèbes. Cela "dans le respect de ce moment de deuil et de solidarité nationale", indique la communication du parti.

La présence d'élus locaux et des parlementaires du Rhône était annoncée. Les "marcheurs" espéraient certainement croiser Gérard Collomb, de passage à Lyon ce vendredi. Cette marche doit permettre de prendre la température du militantisme des "marcheurs" à un an des élections européennes de 2019. "La Grande Marche pour l’Europe va se déployer dans toute la France et solliciter les citoyens sur l’avenir de l’Europe pendant les semaines à venir", indique la communication de LREM.

à lire également
Caroline et Gérard Collomb, dans les salons de la préfecture, en mars 2014 © Tim Douet
Pendant toute la campagne présidentielle puis celle des législatives, Jimmy Brumant était l’un des piliers d’En Marche à Lyon, toujours dans le sillage des Collomb. Au fil des mois, il a pris ses distances, et le phénomène s’est accéléré, dit-il, avec le départ “incompréhensible” de Gérard Collomb du gouvernement. Sa démission, ce mardi, de la direction départementale illustre la fracture entre Caroline Collomb et les marcheurs “apolitiques”, ces militants qui ne sont pas issus du PS ou d’autres formations.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut