LA CENDRILLON DU GOUVERNEMENT

La France aime se regarder dans ses grands yeux noirs où se reflète la diversité, la modernité et l'autorité. Ce n'est rien de très concret. Juste une intuition, une sensation. Un peu le même phénomène que Ségolène Royal. Le nouveau garde des Sceaux a la "people attitude" et tout le maquillage médiatique orchestré autour de sa destinée, en fait un personnage à facettes et à paillettes qui colle bien avec cette ambiance show-bizz qui contamine la République.

Aujourd'hui, la politique c'est un peu le festival de Cannes... mais tout le temps ! Cécilia et Nicolas ne marchent que sur des tapis rouges, leurs gamins se prennent tous pour Steph de Monac', et les palais de la république ressemblent à des plages de Pampelonne. La gauche nous l'avait aussi joué dents blanches et paparazzi, mais la défaite a fait craquer le vernis conjugal du couple Hollande et Royal. Sarkozy, lui, maintient le cap... de vagues bleues en vagues champagne...

A ce petit jeu, la France est en train de transformer sa politique en jardin d'opérette et le conseil des ministres en défilé l'Oréal. Et dans ce tourbillon un peu irréel, Rachida Dati joue indéniablement le rôle de Cendrillon. D'ailleurs les candidats UMP de Lyon sont persuadés que Rachida Dati sera le sourire de leur victoire. C'est Emmanuel Hamelin, le député de la Croix Rousse, qui a invité cette semaine la belle brune à venir lui porter bonheur avant le deuxième tour.

Après Ségolène Royal, qui a parcouru plusieurs fois les terres lyonnaises en compagnie de Bret, Queyranne ou Collomb, la droite a voulu, elle aussi, sortir son atout charme, pour colorier, dimanche-soir, la ville en bleu.

Mais notre ministre ne semble pas vouloir seulement servir de miroir aux illusions. Comme toutes les Cendrillon, elle sait que l'heure tourne ! Vite ! Vite ! Vite ! Il faut quelle utilise sa baguette magique pour réformer, transformer, améliorer, notamment les prisons qui sont indignes d'un conte de fées et inacceptables dans un état républicain. Rachida Dati sait qu'elle doit le faire... autrement le tourbillon des flashs pourrait bien transformer cette belle histoire en citrouille !

à lire également
Lors de son passage au ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb a été sanctionné de la moitié de ses indemnités de conseiller métropolitain à cause de son absence. Une “amende” qu'il a compensée en trouvant une nouvelle source de revenus au sein du Sepal. Le maire de Lyon aura ainsi reçu 9149€ en 2018 dans un syndicat mixte où il ne siégeait pas.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut