Illustration Homeopathie © Tim Douet

L'homéopathie ne sera plus remboursée, au grand dam de Boiron à Lyon

Le Président de la République Emmanuel Macron a décidé de ne plus rembourser l'homéopathie. Mais les modalités de ce déremboursement continuent à faire débat et constituent un enjeu de taille pour les laboratoires homéopathiques comme Boiron, basé à Lyon.

L'homéopathie ne sera plus remboursée. Après des hésitations, le Président de la République Emmanuel Macron a pris sa décision il y a quelques jours d'après le JDD, mais les modalités de ce déremboursement sont toujours à l'étude.

Première option, un déremboursement total, différé d'un an cependant pour permettre aux laboratoires d'anticiper la baisse de leur chiffre d'affaire. Ce déremboursement permettrait notamment à l'Assurance maladie d'économiser plus de 120 millions d'euros par an.

Seconde option, un déremboursement partiel avec un remboursement maintenu à hauteur de 15 % par l'Assurance maladie, contre 30 % actuellement.

Fin juin, la Haute Autorité de Santé avait rendu son avis, très attendu par les laboratoires et notamment par Boiron, dont le siège est à Lyon. Au grand dam de ce dernier, elle avait préconisé un déremboursement total de l'homéopathie. Le laboratoire avait alors argué qu'une telle décision menacerait pas moins de 1000 emplois, soutenu par ses salariés et pas les élus locaux dont entre autres le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et le maire de Lyon Gérard Collomb. Boiron avait également mis en avant dans un communiqué que l'homéopathie était la solution à "la sur consommation médicamenteuse" et à "l'antibiorésistance". Mais la Haute Autorité de Santé est formelle : l'homéopathie n'a "pas démontré scientifiquement une efficacité suffisante pour justifier d'un remboursement".

La balle est maintenant dans le cas d'Agnès Buzyn, dont les déclarations ont toujours laissé entendre qu'elle suivrait l'avis de la Haute Autorité de Santé. L'option choisie sera annoncée en fin de semaine prochaine.

à lire également
3 commentaires
  1. JANUS - 7 juillet 2019

    Les utilisateurs staisfaits de l'homéo. continuront à en acheter encore mais pas sur ordonnance. Economie de consultation !

  2. Galapiat - 7 juillet 2019

    je suis un des utilisateurs , toujours sans ordonnance mais prescrit par mon guérisseur, le risque un effondrement des ventes , l'abandon de certaines préparations.

  3. Galapiat - 7 juillet 2019

    Vas on continuer à rémunérer certains élus dont l'efficacité est contestée plusieurs milliards d'économie

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut