Képénékian
© Tim Douet

Képénékian en voyage économique en Chine avec Aulas et Ginon

Depuis ce mardi et jusqu’au 9 mai, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfield, et le maire de la ville, Georges Képénékian, mènent une importante délégation en Chine. Le voyage a pour enjeu de fêter le 30e anniversaire du partenariat entre Lyon et la ville de Canton, et ainsi pérenniser les partenariats économiques, politiques, universitaires et culturel entre les pays.

Première délégation pour David Kimelfield et Georges Képénékian qui seront accompagnés d’une soixantaine de personnes dont des élus, de représentants d'institutions et de chefs d'entreprises. Ils effectueront leurs déplacements dans les villes de Pékin, Hangzhou, Shanghaï et Guangzhou. Au programme, de nombreux rendez-vous institutionnels, économiques, et même gastronomiques, dans le but de pérenniser les partenariats entre la ville de Lyon et la Chine.

Les objectifs sont multiples. En plus de ré-affirmer les collaborations déjà existantes, la délégation cherche aussi à créer de nouvelles coopérations dans le domaine économique et urbain. Des représentants d’entreprises tels que Jean-Michel Aulas, Président de l’Olympique Lyonnais, ou encore, Alain Merieux, Président de l’Institut Mérieux, seront présents. Concernant la mobilité, Michel le Faou, vice-président en charge de l’urbanisme, de l’habitat et du cadre de vie à la Métropole de Lyon, visitera Pujiang : la première ligne automatique sans conducteur du réseau de Shanghaï.

L’éducation, la culture et la santé aussi au rendez-vous

Lors du déplacement à Shanghaï, du 4 au 6 mai, les élus visiteront de nombreux campus universitaires tels que celui de Tongji ainsi que celui de l’EM Lyon. Pour la Santé, l’accord tripartite entre les Hospices civiles de Lyon, la société Biomérieux et les Autorités de Santé de Shanghaï devrait lui-aussi être renouveler. De quoi renforcer la coopération universitaire et médicale entre la ville de Lyon et la Chine.

Le voyage diplomatique se terminera par la célébration du 30e anniversaire du partenariat ente Lyon et Guangzhou en présence du maire de la ville, Wen Guohui, les 6 et 7 mai prochains. Par la même occasion, 12 chefs sélectionnés se disputeront la finale du Bocuse d’or Asie-Pacifique. Une dizaine de chefs lyonnais ont fait le déplacement juste pour l’occasion. Cette délégation lyonnaise cherche donc à tisser des liens durables avec la Chine via le partage des savoirs communs.

à lire également
Les différents acteurs lyonnais et marseillais aiment se chambrer et s’attaquer sur Twitter. Mardi, Rudi Garcia a, une nouvelle fois, fustigé l’arbitrage du match OM - OL en mai dernier. La réaction de Jean-Michel Aulas ne s’est pas fait attendre. Ce week-end, c’est le grand retour de la Ligue 1, pour le plus grand bonheur […]
3 commentaires
  1. Galapiat - 2 mai 2018

    "Canton" en profite c"'est que c'est gratuit, enfin payé par la collectivité!!

  2. "via le partage des savoirs communs."
    Si les savoirs sont communs, on partage quoi ? 😀
    Avec la Chine, ne jamais oublier qu'il n'y a pas de partenariat équitable. C'est une dictature.
    Même si à Lyon on est très très loin de la démocratie directe réelle et donc pas de leçon ou d'échange possible dans ce domaine...

  3. c.forge69 - 5 mai 2018

    Les édiles métropolitains espèrent aussi faire avancer le projet d'ouverture d'une liaison aérienne Lyon-Pékin ou Lyon-Shanghaï... Avec 80.000 à 90.000 passagers/an selon les dernières études, les choses pourraient se décanter, surtout si effectivement, les liens économiques se renforcent, préalables, bien souvent, à une augmentation des échanges et des demandes de voyages.
    Sans compter, même si Lyon reste à l'ombre des très grands lieux touristiques, l'attrait d'une ville qui a beaucoup changé depuis 20 ans, et que le classement de l'Unesco a rendu plus visible sur les cartes touristiques. A l'heure où les Chinois partent à la découverte du monde, pourquoi pas Lyon, après tout ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut