#Charlie un an après Détail une BD Yan Le Pon
© Yan Le Pon

#JesuisCharlie, un an après... et toujours en dessins

Après les attentats de janvier 2015, la rédaction de Lyon Capitale s’est déplacée dans des établissements scolaires pour rencontrer des élèves de primaire, des collégiens, des lycéens et parler avec eux d’information et de liberté d’expression. Les 13 et 16 novembre 2015, le dessinateur Yan Le Pon nous accompagnait. Reportage en images.

Pour lire la BD, cliquer sur l’image.

Après les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, la rédaction de Lyon Capitale s’était engagée à répondre à toutes les invitations d’établissements scolaires de l’agglomération. Une dizaine nous ont contactés, dans une étonnante diversité : une école primaire à Saint-Genis-Laval, un lycée privé technique du centre de Lyon, un collège de la Croix-Rousse, des lycées publics à Vaulx-en-Velin et Bron, des lycées catholiques à Lyon et Villeurbanne...

Partout, les adolescents rencontrés ont les mêmes questions. “Pourquoi Charlie a le droit et pas Dieudonné ?” “Pourquoi on parle plus des victimes ici que des civils tués par nos avions en Syrie ?” “Pourquoi eux peuvent se moquer de ma religion, et moi je n’ai rien le droit de dire sur eux ?” Partout domine l’idée que “les médias mentent”. Difficile de leur donner tort puisqu’ils englobent dans cette expression tous leurs moyens d’information, réseaux sociaux en tête...

Parfois nous avons entendu “Ils l’ont bien cherché quand même”... Parfois nous avons deviné pis encore, particulièrement le retour d’un antisémitisme d’un autre temps, que l’on retrouve vite sous les vernis complotistes. Ce n’est pas en une heure ou deux que l’on trouve toutes les réponses, mais on en trouve quelques-unes, avec l’espoir, selon la formule d’une enseignante, d’avoir “planté de bonnes graines qui finiront par germer”.

Ces échanges, nous avions envie de les partager avec ces jeunes. Et, avouons-le, peu sont des lecteurs de Lyon Capitale ou de presse en général. Liront-ils la BD publiée ici ? Nous avons en effet proposé à l’auteur lyonnais Yan Le Pon d’intervenir dans deux classes et de le raconter librement.

La coïncidence tragique a voulu que nous programmions cette intervention les 13 et 16 novembre, sans imaginer naturellement que l’actualité nous rattraperait. En pleine tourmente, nous avons ainsi pu constater l’“effet Bataclan”... Pour un peu, les “fractures Charlie” semblaient presque avoir disparu alors que c’est toute une génération qui s’est sentie prise pour cible. Mais il ne faut pas gratter beaucoup pour les retrouver. L’abstention et le vote FN chez les jeunes n’en sont d’ailleurs qu’un des thermomètres...

Les réseaux sociaux et Internet ont libéré l’accès à l’information comme jamais dans notre histoire ; c’est une richesse extraordinaire pourvu que sortent de nos établissements scolaires des citoyens au sens critique aiguisé, capables de faire la part des choses sans douter de tout, au point de ne plus croire en rien. Mais sommes-nous capables de les accompagner dans leur formation ?

Puisque c’est l’heure des bonnes résolutions, nous y prendrons notre part : en 2016, comme en 2015, Lyon Capitale répondra à toutes les invitations. Et vous, lecteurs ? Puisque les Français ne semblent plus croire dans les partis classiques, puisqu’ils ne veulent pas d’une triplette Hollande-Sarkzoy-Le Pen en 2017, il n’appartient qu’à eux de créer les Ciudadanos et les Podemos à la française, de rénover en profondeur les anciens partis, ou d’inventer les formes d’engagement citoyen du XXIe siècle... Saurez-vous y prendre votre part ?

Débat
“#JesuisCharlie, un an après” est aussi le titre d’un après-midi spécial que nous avons organisé en partenariat avec Sud Radio à l’ISCPA, l’école de journalisme de Lyon. Avec les étudiants et en direct sur l’antenne de Sud Radio, nous avons débattu de l’autocensure, d’éducation aux médias, de laïcité... Pour un aperçu des interventions cliquer ici.
2 commentaires
  1. Sartila - ven 12 Fév 16 à 20 h 10

    Je crois que tout le monde se souvient très bien de cette journée...malheureusement

  2. gljean - lun 15 Fév 16 à 18 h 05

    Belle initiative, le dialogue et les débats sont essentiels pour éviter tout amalgame, surtout au près des jeunes. Il y a tellement de désinformation qu'il faut tout faire pour y pallier.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut