Jardin des Chartreux : Perrin-Gilbert saisit le défenseur des droits

La maire du 1er arrondissement de Lyon a saisi le défenseur des droits après que les fontaines du jardin des Chartreux ont été coupées par la ville de Lyon suite à l'installation des familles "nomades" dans le quartier.

Alerté par l'association "Médecins du Monde" concernant la fermeture des fontaines du jardin des Chartreux suite à l'installation près du jardin de sept "familles nomades" dont des Roms, Nathalie Perrin-Gilbert, la maire du 1er arrondissement a saisi le défenseur des droits à travers une lettre.

Selon la maire du 1er arrondissement, "la plupart de ces familles sont, ou ont été connues par les services municipaux et préfectoraux et reviennent aux abords du Jardin des Chartreux lorsque leur prise en charge se termine".

Pourtant depuis quelques semaines, l'eau des fontaines du jardin a été coupée. Une décision que la maire rapproche de celle de la fermeture des bains-douches municipaux l'hiver dernier  : "Cette décision vient après celle prise et exécutée par la ville – sans concertation ni accord de la mairie d'arrondissement – de fermer les bains-douches qui se trouvaient à quelques dizaines de mètres de ce jardin. De sorte que les personnes n'ont plus accès ni à l'eau potable ni aux conditions minimales d’hygiène".

"Il faut que cesse cette odieuse privation d'accès à l'eau à l'encontre de publics vulnérables, dont des enfants"

La mairie du 1er serait alors intervenue auprès de la ville de Lyon, mais aurait reçu "une fin de non-recevoir". Dans Le Progrès du jour, André Gachet, conseiller d'arrondissement de la mairie du 1er a indiqué : "J'ai en effet un mail des services de la Ville me confirmant que les fontaines ne seront pas remises en fonction pour ces gens-là".

En réponse, la mairie du 1er arrondissement a pris ses dispositions pour fournir de l'eau aux familles qui vivent près du jardin. "Cela n'est pas dans nos prérogatives, mais l'accès au droit fondamental de l'eau et l'urgence humanitaire nous conduisent à agir ainsi", a justifié Nathalie Perrin-Gilbert qui souhaite tout de même "que la Ville de Lyon remette en fonctionnement les bornes-fontaines municipales du jardin, afin que cesse cette odieuse privation d'accès à l'eau à l'encontre de publics vulnérables, dont des enfants."

Contactée, la ville de Lyon n’a pas souhaité apporter de précision pour le moment.

à lire également
La grande union de la gauche semble toujours impossible à Lyon. Ce mercredi matin, Nathalie Perrin-Gilbert s'est "payé" le mouvement Z qui veut construire une alternative à la gauche de La République en Marche.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut