Jacques Gérault : "Faire comme si la crise n'était pas là"

"Beaucoup d'entreprises disent que les banques leur refusent des prêts. Je veux vérifier cette rumeur", poursuit-il. Un dispositif de suivi a été mis en place pour s'assurer que les entreprises qui ont des difficultés de financement puissent accéder au crédit, comme les mesures gouvernementales le prévoient. A leur disposition notamment : un numéro azur (0 810 00 12 10) pour obtenir des garanties et/ou des avances de trésorerie de la part d'Oseo et la possibilité de saisir le "médiateur du crédit" (en l'occurrence la Banque de France) si le chef d'entreprise a le sentiment qu'on lui refuse sans raison un prêt.
Le réprésentant de la Chambre de commerce et d'industrie a tenu à préciser que seulement une poignée d'entreprises lyonnaises en difficulté l'étaient à cause de l'attitude des banques. François Turcas de la CGPME, lui aussi optimiste, déclarait sans ambage : "la crise a du bon ! on voit l'Etat, la Banque de France, la Caisse des dépôts, les chambres consulaires et les organisations patronales travaillaient ensemble. S'il y avait eu cette solidarité avant cela, on n'en serait pas là !"

à lire également
Ce lundi après-midi, la préfète de la Gironde a annoncé plusieurs nouvelles mesures restrictives pour ralentir la progression de l'épidémie de coronavirus à Bordeaux. Avec notamment l'abaissement de 5 000 à 1000 personnes pouvant assister à des évènements publics. Et d'autres limitations, comme pour les mariages. De telles annonces sont-elles aussi prévues à Lyon ces prochains jours ?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut