Interpol rejoint la coalition internationale contre Daesh

L'organisation internationale Interpol basée à Lyon a décidé de rejoindre la coalition internationale contre Daesh pour "endiguer le flot de combattants étrangers" et "stopper son financement".

"Partager (des informations) via Interpol, revient à étendre le périmètre de la sécurité nationale. L'une des clés est de construire un pont entre la zone de conflit - où est situé le coeur de Daech et les services de police à l'étranger où Daech radicalise et frappe", a affirmé Jürgen Stock, le secrétaire général d'Interpol, à l'AFP.

La coopération entre Interpol et le Département de la Défense américain a déjà permis de démanteler des réseaux de recrutement jihadistes et de localiser des "combattants terroristes étrangers", a poursuivi M.Stock.

"Dupliquer cette approche contre Daech permettrait d'accroître considérablement le succès des enquêtes à l'encontre des groupes affiliés partout dans le monde […] trop souvent, les efforts des services doivent s'arrêter aux portes des zones de conflit", a conclu le secrétaire général d'Interpol. En tout, les informations de 7500 combattants étrangers au sein de Daesh sont partagées par 60 États grâce à Interpol.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
2 commentaires
  1. Jean Jaurès - 22 juillet 2016

    Ils ont été bien longs à se réveiller quand même! Mieux vaut tard que jamais mais que de temps perdu!

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut