Internat Chazière : ''un an de perdu'' pour Emmanuel Hamelin

Après l’annonce de l’ouverture d’un nouvel internat à la place de l’internat Favre, à Lyon, Emmanuel Hamelin, conseiller municipal et métropolitain, questionne le projet mené par la Métropole lyonnaise. Une perte de temps et d’argent, selon lui.

Ce matin, le maire de Lyon annonçait officiellement l’ouverture de l’internat Chazière, anciennement internat Favre, fermé en juin dernier, dans le 4e arrondissement de Lyon. Les premières critiques ne se sont pas fait attendre. Dans un communiqué, le conseiller municipal et métropolitain, Emmanuel Hamelin, questionne encore, un an plus tard, la fermeture de l’internat Favre et l’ouverture d’un nouvel internat, ayant aussi pour objectif d’accueillir des enfants en difficultés sociales et familiales. ''Pourquoi avoir fermé un internat, laissant des enfants et des familles sans solutions et du personnel qualifié sans affectations, pour créer un an plus tard un nouvel internat avec une vocation identique ?'', écrit-il.

Il raconte également avoir soumis plusieurs fois à Gérard Collomb l’idée de transférer l’internat Favre à la Métropole, une proposition qui n’aurait reçu que des retours négatifs à l’époque. L’ancien sénateur souligne que la Métropole ne s’est pas engagée non plus à reprendre le personnel de l’ancien internat dans le nouvel internat Chazière, alors qu’ils seraient ''14 à ne pas avoir trouvé d’affectation en rapport avec leurs compétences.''

Enfin, Emmanuel Hamelin pointe du doigt le fait que la Ville de Lyon mette gratuitement à disposition de la Métropole le bâtiment situé rue Chazière, alors qu’elle pourrait en tirer un revenu annuel de plus de 400 000 euros.

''Merci Gérard Collomb pour cette année perdue, merci d’avoir su créer des problèmes à des enfants et des familles en difficulté ainsi qu'à du personnel qualifié. Merci d’avoir fermé un établissement exemplaire, pour en créer un autre qui, finalement, fera la même chose…'', concluait Emmanuel Hamelin.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Le maire de Lyon, et ex-ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, se déclare officiellement candidat à la présidence de la métropole du Grand Lyon, occupée par David Kimelfeld depuis son départ pour Beauvau au printemps 2017.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut