Inès Daguet MT180 secondes
© Tim Douet

Inès Daguet : "expliquer la douleur avec nos horloges internes"

Cette année et pour la cinquième fois consécutive, l'Université de Lyon participe au concours "Ma thèse en 180 secondes". 14 doctorants lyonnais viennent présenter leurs 14 thèses respectives dans le concours. Ils auront 3 minutes, et pas une seconde de plus, pour vulgariser leur travail devant le jury. L'an dernier, c'est le doctorant en génie civil Thibaut Souilliart et son travail sur l'Usure des tubes GV générée par des impacts répétés contre les supports à jeu qui avait su convaincre le jury. Rendez vous le 29 mars pour la finale lyonnaise du concours.
Avant de les découvrir sur scène, Lyon Capitale vous propose de les rencontrer en avant-première sur son site. Chaque jour, nous laissons la place à un doctorant et une thèse (des neurosciences à la mécanique en passant par la physique). Il a trois minutes pour rendre passionnant son sujet, souvent pointu et rempli de mots techniques. Un seul d’entre eux sera retenu pour participer à la finale nationale.

La candidate du jour : Inès Daguet

Université Claude Bernard, Lyon 1

Neuroscience et chronobiologie

Intitulé de la thèse : Rythmicité de la sensibilité sensorielle chez les sujets sains et les patients migraineux

Son parcours en 5 dates :

2011 - Baccalauréat scientifique

2011-2014 Licence en Biologie spécialité Physiologie animale et Neuroscience, Université de Montpellier

2016 Master 2 Recherche en neurosciences, Université Claude Bernard, Lyon 1

2016 -2018 Doctorat en Neuroscience à l’École Doctorale Neuroscience et Cognition de Lyon

L'objet de la thèse en 3 lignes :

Mon projet de thèse combine 2 domaines de recherche la chronobiologie (étude des rythmes de 24h) et l'étude de la douleur. Cette dualité permet l'étude de la sensibilité de nos sens au cours de la journée chez des adultes en bonne santé et chez des patients migraineux.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Mon stage de master 2 m'a fait découvrir l'univers de recherche sur la douleur que j'ai souhaité garder pour ma thèse. J'ai mêlé cette thématique à l'étude du sommeil et des rythmes de 24h (en mettant en place une collaboration entre deux chercheurs spécialisés dans ces domaines), afin de pouvoir mettre en place un projet transversal, peu étudié, et qui peut avoir des retombées cliniques importantes.

Pourquoi participer au concours "Ma thèse en 180 secondes" ?

Lorsqu'on dit qu'on fait une thèse, cela fait souvent peur aux gens qui pensent tout de suite qu'ils sont incapable de comprendre ce que l'on fait alors que souvent, c'est uniquement une question de vulgarisation. Mon objctif était d'être capable de faire comprendre à des personnes qui sont dans un tout autre domaine quel est l'objectif de ma thèse et leur montrer pourquoi ces recherches sont nécessaires.

L’équipe Chronobiologie et Troubles Affectifs recherche des hommes souffrant de maux de têtes pour participer à un protocole de recherche Inserm. Si vous êtes intéressé, merci de remplir le questionnaire en cliquant sur ce lien : http://bit.ly/recherche_chronobiologie

à lire également
La cour administrative d’appel de Lyon s’est projetée dans le futur : 24 étudiants de la faculté de droit de l’Université catholique de Lyon ont mis en scène trois procès fictifs sur des affaires liées à l’évolution technologique. Quelle décision prendrait la cour si elle était plongée dans la série d’anticipation Black Mirror ? Ce vendredi 29 juin, […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut