Incendie criminel à Villeurbanne

Les flammes ont ravagé des bâtiments vides et des garages abritant du matériel. Le propriétaire du terrain et des murs sinistrés est le Grand Lyon.

C'est un couple de voisins qui a donné l'alerte aux environs de 23h15. Ils ont aperçu trois jeunes gens dont l'un circulait à vélo.

Ce dernier a lancé quelque chose par dessus le portail. 'Il y a eu un bruit énorme comme une explosion et puis ensuite j'ai regardé par ma fenêtre et j'ai vu une lumière orange très forte et j'ai compris que c'était en train de brûler', ajoute une voisine d'en face.

Très vite, les premières sirènes se font entendre. Trois véhicules de pompiers avec une vingtaine de pompiers sont mobilisés. La police nationale est présente. La circulation sur la route de Genas et dans la rue Arago est coupée le temps de l'intervention. Le feu est maîtrisé en une quinzaine de minutes.

La piste criminelle : prioritaire

Le capitaine de police sur place constate l'étendue des dégâts. A première vue, tout semble conforter la piste criminelle : 'Le sol a été aspergé de liquide inflammable. Une étincelle a suffi pour faire partir le feu.' Dans l'incendie, un riverain d'origine hollandaise a perdu sa moto, qui a littéralement fondue sous l'effet de la chaleur. La police n'a pour l'instant arrêté aucun suspect et est toujours à la recherche des pyromanes.

Incendies en série

Bizarre. On ne peut s'empêcher d'être intrigué face à la série d'incendies criminels des dix derniers jours dans le Rhône. Il y avait d'abord eu ce feu au rez-de-chaussée d'un immeuble du 7e arrondissement de Lyon et ensuite l'incendie à Amplepuis, commune au Nord Ouest de Lyon, conduisant au décès d'une mère et sa fille. Alors un seul et même coupable ? Une simple coïncidence ? Pour l'instant, l'enquête est en cours, la police ne se risque à aucune conclusion quant à l'éventualité d'un suspect commun.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut