Hôtel-Dieu : « Le pôle de Promotion de la Santé a toutes ses chances »

Y-a-t-il une chance que l'Hôtel-Dieu à Lyon, une fois rénové, abrite un pôle dédié aux problématiques de santé ? C'est ce que doivent décider les cinq investisseurs intéressés par le projet de réhabilitation. Verdict fin juin.

Fin 2010, l'Hôtel-Dieu ne sera plus un hôpital. Mais gardera-t-il un lien avec la santé ? Il y a quelques mois, plusieurs acteurs de la société civile et de la vie associative s'étaient indignés que la santé ne soit plus d’actualité à l’Hôtel Dieu. Ils avaient monté un collectif pour un Pôle de Promotion de la Santé et du Bien-Etre à l’Hôtel-Dieu.

Aujourd’hui, leur pétition en ligne (www.petitionshoteldieu.fr) a recueilli plus de 6000 signatures. L’étude de faisabilité du projet, subventionnée par la région Rhône-Alpes à hauteur de 150 000 euros, est terminée. Et l'engagement des membres du Collectif semble porter des fruits.

La société Alcimed, auteur de l’étude, a remis avec l’accord des Hospices Civils de Lyon début juin le précieux document qui renferme tous les détails du projet aux investisseurs potentiels. « Nous sommes confiants, nous venons de passer une étape cruciale, » explique Jean-François Vallette, membre du Collectif. En effet, une quinzaine d’acteurs spécialisés dans les questions de santé en Rhône-Alpes (Aides Sida, Aides Alcool, l'Espace Régional de Santé Publique) viennent de signer ensemble une charte d’engagement, sorte de texte fondateur du Pôle de Promotion de la Santé.

« C’est un projet plein d’inventivité pour un site emblématique en termes de médecine et de qualité de vie. C’est certainement dans l’intérêt des investisseurs de se pencher dessus. Ce projet a toutes ses chances, » ajoute Alain Chabrolle, conseiller régional, chargé du dossier.

S'il voit le jour, ce pôle requerra une surface de 5000 à 7000 mètres carrés, répartis entre trois entités complémentaires : la Mutualité du Rhône avec la Maison des Adolescents, un pôle environnement et bien-être porté par la Région et le Pôle de Promotion de la Santé réunissant associatifs et universitaires.

L’Agence Régionale de Santé, voulue par la loi Hôpital Patients Santé et Territoires, dite loi Bachelot, suit de près le projet et pourrait bien s’y intégrer. Ainsi, le Dr Luminet (ARS Rhône-Alpes) a tenu à participer pour la première fois en mai dernier au comité de pilotage du projet. « Si cela se fait, ce sera du jamais vu en France, » indique Jean-François Vallette, qui s'est réjoui du soutien de l'Etat.

Plusieurs investisseurs, dans la course pour obtenir la réhabilitation de l'Hôtel-Dieu, ont affirmé prendre très au sérieux ce projet.

à lire également
Agriculteur traitant un champ aux pesticides – région de Lille, 2016 © Denis Charlet / AFP
ARCHIVE – En 2012, avec 60 000 tonnes de pesticides vendues, la France était le 3e consommateur mondial de produits phytosanitaires. Pour savoir à quel point nous sommes exposés aux pesticides dans notre quotidien, Lyon Capitale avait confié à un laboratoire alsacien des mèches de cheveux de huit habitants de la région lyonnaise, d’âges et de profils variés. Résultats des tests.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut