Essai nucléaire américain sur l'atoll de Bikini
DR

Hommage aux vétérans des essais nucléaires français près de Lyon

Un mémorial national a été inauguré ce samedi matin à Saint-Bonnet-de-Mure, dans le Rhône, en hommage aux vétérans des essais nucléaires auxquels a procédé l'armée française, en Algérie puis en Polynésie, de 1960 à 1996, pour mettre au point l'arme atomique.

"A l'époque, nous n'avions aucune protection". Alors que la cérémonie d'inauguration du mémorial national en hommage aux vétérans des essais nucléaires touche à sa fin, les langues se délient. Cuisinier pour la marine, ce vétéran dijonnais était des essais à Mururoa dans le Pacifique entre 1966 et 1974. "J'ai assisté à six essais, raconte-t-il à Lyon Capitale. Aujourd'hui, mon corps commence à subir les effets des radiations". Et pour cause, la protection est alors très rudimentaires. "Il y avait une ligne de barbelés pour délimiter la zone contaminée, et on nous disait de ne pas franchir cette ligne, mais que les radiations s'arrêtaient aux barbelés, se souvient un vétéran. On nous disait juste de détourner le regard au moment de l'explosion"

150.000 civils et militaires concernés

Durant 36 ans, la France a procédé à plus de 200 tirs d'essais nucléaires pour mettre au point, puis perfectionner, l'arme atomique. Pour une puissance cumulée de 13 mégatonnes, soit près de 1000 fois plus que l'explosion de Little Boy à Hiroshima le 6 août 1945 (70.000 à 140.000 morts). Ces tests ont été réalisés sur deux théâtres distincts, dans le désert algérien (1960-1966), puis les atolls polynésiens 1966-1996. Certains ont été réalisés en plein air, d'autres sous terre. Ils ont impliqué en tout 150.000 personnes, civils et militaires.

"Ces vétérans ont oeuvré pour la nation, pour la mise au point de la force de frappe et de dissuasion nucléaire au sacrifice de leur santé et de leur vie", soulignait ce samedi matin le maire de Saint-Bonnet-de-Mure, Jean-Pierre Jourdain. "Ils méritent respect et reconnaissance a ajouté Roland Picot, président de l'Association du mémorial national des vétérans des essais nucléaires (AMNDVDEN). Ils ont été des soldats de la paix pour nos enfants". La présence d'officiels, les levées de drapeaux, la minute de silence et la Marseillaise jouée en leur honneur a mis un peu de beaume au coeur de ces vétérans dont le sacrifice n'a pas toujours été reconnu. Ils n'ont par exemple droit à aucune médaille.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut