Grenoble : le prix de l’immobilier en chute

A Grenoble, le prix médian du mètre carré de l’ancien est en baisse de 6,4 % par rapport à 2017. Des chiffres dus à des acheteurs déterminés à négocier, et à Lyon, plus attractive que la cité alpine.

Les propriétaires immobiliers de Grenoble s’inquiètent. La cité alpine est en effet celle qui compte la plus importante baisse des prix de l’immobilier sur l’ancien en France. 6,4 %, c’est en moyenne ce qu’a perdu le prix médian du mètre carré, selon une étude menée par les notaires de France. Cette même étude révèle aussi qu’en général, les prix de l’ancien ont plutôt tendance a augmenté qu’à baisser.

La faute de Lyon ?

Grenoble n’est pas la seule ville d’Auvergne-Rhône-Alpes à voir dégringoler ses prix. A Saint-Etienne aussi, le prix médian d’achat de l’ancien a perdu 3,3 % de sa valeur entre 2017 et 2018, toujours selon l'étude des notaires de France. Le président isérois de la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM), Vincent Delaunois se confie à France 3 : c’est Lyon qui attire davantage les acheteurs, à cause du manque d’attractivité de Grenoble. "Il faut remettre dans le contexte des hausses vertigineuses entre 1998 et 2007, assure-t-il à Place Grenet, La baisse est plutôt inquiétante, mais si l’on se place sur des temps longs, nous avons eu des niveaux tellement extravagants que l’atterrissage n’est pas catastophique… sauf évidemment pour les gens qui ont acheté au mauvais moment."

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut