extrait de la video de greenpeace sur la pêche au thon

Greenpeace vide les supermarchés des boîtes de thon Petit Navire

L'organisation non gouvernementale a mené une opération coup de poing contre la marque Petit Navire dans les supermarchés de plusieurs villes de France, dont Lyon.

"Nettoyer" les étalages de supermarchés des boîtes de thon Petit Navire. Après plusieurs années de lutte contre la firme leader dans la production thon en boîte -30 % de parts de marché-, Greenpeace a mené ce samedi une opération coup de poing baptisée "Arrêthon". Le but était de dénoncer les méthodes de pêches jugées destructrices de la société en retirant des étalages les produits de la marque. Les boîtes de thon ont ensuite été cachées un peu partout dans les autres rayons des magasins. Selon le porte-parole Greenpeace France, l'opération a été menée par des groupes locaux "dans des supermarchés de plusieurs villes de France, dont Strasbourg, Lille, Metz, Lyon, Grenoble, Montpellier, Poitiers ou La Rochelle".

La multinationale Thai Union dans le collimateur

Cette opération de l'organisation non gouvernementale (ONG), présentée sur sa page Facebook, visait à alerter les consommateurs quant aux méthodes de pêche pratiquées par les industriels du secteur, et jugées destructrices. En ce sens, Greenpeace publiait en septembre dernier un classement des marques de boîtes de thon aux pratiques les moins responsables d'un point de vue environnemental.

"En faisant campagne sur Petit Navire, nous nous adressons également à Thai Union, leader mondial de l'industrie des produits de la mer et du thon en boîte et propriétaire de la marque française", indique Greenpeace par voie de communiqué. Si Thai Union est dans le collimateur de l'ONG c'est parce que cette dernière estime que "cette entreprise, de par sa taille, façonne le futur de l'industrie du thon ainsi que l'avenir des écosystèmes marins".

Dans une pétition en ligne, signée par plus de 100.000 personnes, Greenpeace alerte quant aux "ravages" environnementaux induits par "les dispositifs de concentration de poissons" que pratiquent les industriels du secteur.

Lire aussi : Lyon marche contre le géant Monsanto

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut