Illustration fait-divers

Gilets jaunes : un élu de l'Ain victime d'une agression homophobe

Un conseiller municipal de Bourg-en-Bresse a été pris a parti en compagnie de son compagnon par des manifestants qui ont détruit les vitres de leur véhicule, ce dimanche matin. Une agression à caractère homophobe assure-t-il. Le maire de la ville, Jean-François Debat a apporté son soutien à l'élu.

Il est environ 11h30, ce dimanche, à Bourg-en-Bresse, préfecture de l'Ain, quand Raphaël Duret, conseiller municipal de la ville se retrouve coincé, en compagnie de son compagnon dans un barrage du mouvement des "gilets jaunes" qui bloque leur véhicule. "J'ai entendu certains manifestants dire, "je le reconnais, c'est un pédé". A partir de là, ils nous ont menacés", a confié l'élu au journal local La Voix de l'Ain. Une furia de coup s'abat sur le véhicule, dont la vitre arrière a volé en éclat. Ce sont deux policiers, qui mettent fin à ce que le conseiller municipal a qualifié d'émeute.

Jean-François Debat, maire de la ville, et président du groupe socialiste au conseil régional a apporté son soutien à Raphaël Duret. "Je condamne avec dégoût l’agression homophobe perpétrée par des Gilets Jaunes contre Raphaël Duret et son conjoint, a-t-il écrit sur Twitter. Je l’assure de tout mon soutien pour que justice soit faite". Le ministre de l'Intérieur a lui aussi réagi sur le réseau social :"Rien. Absolument rien ne saurait justifier ces actes odieux. Chaque insulte, chaque agression homophobe est une injure à notre pacte républicain. Solidarité avec les victimes."

à lire également
Les chiffres de la mobilisation de samedi, qu'ils émanent du ministère de l'Intérieur (12.000 personnes) ou des Gilets jaunes (35.000 personnes), sont les plus faibles depuis le début du mouvement. Mais dans plsueiurs grandes villes, dont Lyon, la convergence avec la Marche pour le Climat empêche une lecture claire de la tendance. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut