Halle Girard
© Lyon French Tech

French Tech Lyon : un consortium choisi pour gérer la Halle Girard

Un consortium composé d’Arty Farty, de Scintillo/Groupe SOS et d’1Kubator a été choisi pour gérer l'exploitation de la Halle Girard, futur lieu de la French Tech à Lyon.

La métropole de Lyon a décidé "d’engager des discussions exclusives avec un consortium d’acteurs pour l’exploitation de la Halle Girard, futur lieu totem de la French Tech à Lyon", a annoncé le Grand Lyon dans un communiqué. Un consortium composé d’Arty Farty, de Scintillo/Groupe SOS et d’1Kubator. C'est Gérard Collomb lui-même qui a fait ce choix.

"Favoriser l’interaction entre communautés d’innovateurs"

"Le choix de ce consortium est à l’image de l’ambition et des principes qui animent notre démarche en faveur de l’innovation et de l’entrepreneuriat tout autant qu’il reflète la singularité de ce lieu : favoriser l’interaction entre communautés d’innovateurs, jouer la force du collectif et du collaboratif (…) massifier la création d’entreprises et accompagner les entrepreneurs d‘ici ou d’ailleurs dans leur développement en leur facilitant l’accès à l’offre territoriale et aux marchés internationaux", a déclaré Karine Dognin-Sauze, vice-Présidente de la métropole de Lyon en charge du numérique et de l’innovation.

De son côté, Patrick Bertrand, le président de l’association Lyon French Tech s'est "réjoui du choix de ce consortium, et se félicite d’être un partenaire privilégié de ce projet, qui a la volonté de créer un lieu d’hybridation de référence européenne, d’accélération, de diffusion de l’innovation, d’accueil, de vie et d’événementiel au service de l’écosystème technologique et numérique lyonnais."

3000 m2 dédiés aux start-ups

Le consortium "sera en charge de la gestion, de l’animation et de la commercialisation des 4000 m2 de la halle Girard", poursuit la métropole. En tout 3000 m2 y seront dédiés aux start-ups et 1000 m2 dédiés à l’animation, l’événementiel et la restauration. Le détail du projet et de ses modalités sera présenté à la fin du 1er trimestre 2017.

à lire également
Des pas-de-porte des quartiers branchés au seuil de réseaux plus sages, une nouvelle génération de trentenaires est en train de monter à Lyon. Des entrepreneurs qui revendiquent la qualité de vie plus que l’argent comme idéal. Avec leurs codes novateurs des métiers du design et de la communication digitale, ils développent des concepts hybrides séduisants, mais bien rentables. Une jeunesse mondialisée difficile à étiqueter qui dépoussière sérieusement l’image du chef d’entreprise lyonnais traditionnel et ringardiserait presque celle du start-upper.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut