Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon © Antoine Merlet
Article payant

Fin du diesel à Lyon : “L’objectif n’est pas que les gens passent d’un véhicule polluant à un véhicule moins polluant”

[Dossier ZFE 3/3] En choisissant la fin de son mandat comme date butoir pour mettre en place une Zone à faibles émissions (ZFE) plus restrictive, Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon, espère faire changer les habitudes de mobilité des Grands Lyonnais. Il compte notamment sur le doublement des investissements du Sytral pour proposer des solutions à ceux qui veulent laisser leur automobile au garage, voire au garagiste.

Lyon Capitale : Pourquoi vouloir mettre en place cette ZFE ?

Bruno Bernard : Avant de parler de sa mise en place, il faut rappeler que son principe a été voté début 2019 à l’unanimité du conseil. C’était transpartisan et cela ne concernait que les poids lourds et les véhicules utilitaires légers. Aujourd’hui il faut aller beaucoup plus loin. La politique contre la pollution s’appuie sur plusieurs luttes : la circulation, le chauffage au bois, l’isolement des bâtiments, mais aussi le travail à faire avec les industriels. Sur la circulation, qui est une source de pollution importante concernant le dioxyde d’azote (NO2), les particules fines et l’ozone, on marche sur deux pieds. Le premier, c’est un développement massif des transports en commun. Le deuxième, c’est la ZFE. Le deuxième n’est possible que si l’on est bon sur le premier.

Il vous reste 87 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut