Maison d'arrêt Lyon-Corbas
Wikipedia/JeanBono

Feux de cellule en série à la maison d’arrêt de Lyon-Corbas

En 24 heures, trois incendies ont été déclenchés par des détenus  dans les cellules du quartier disciplinaire de la maison d'arrêt de Lyon-Corbas.

L'acte de détresse aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Ce mercredi, une détenue placée en quartier disciplinaire met le feu à sa cellule. Transférée immédiatement en cellule de protection d’urgence, des cellules où les personnes ne peuvent attenter à leur vie, elle est réintégrée dans la deuxième cellule du quartier disciplinaire le lendemain. Elle réitère alors son acte, quelques heures après qu’un détenu ait à son tour mit le feu à la cellule du quartier disciplinaire qu’il occupait en début d’après-midi. Ces incendies successifs ont nécessité l’intervention du personnel et des pompiers. Les deux uniques cellules du quartier disciplinaire femme sont désormais inutilisables.

"Trois incendies en 24 heures, ce n’est pas normal !", déplore Emmanuel Niedbala, secrétaire local Force Ouvrière pour la maison d’arrêt de Lyon-Corbas. En réaction, le syndicat Force Ouvrière a publié un communiqué réclamant le transfert de la détenue pyromane pour mise en danger des autres détenues et du personnel. Mais il convient que la solution n’est pas idéale : "On ne peut pas faire grand-chose pour empêcher ces personnes de mettre le feu à leur cellule. Des fois, elles mettent juste le feu à leur poubelle, mais des fois c’est carrément le matelas et toute la cellule brûle", explique-t-il. Malheureusement, ce n'est pas la première fois que la maison d'arrêt est confrontée à des événements de cette nature.

à lire également
Guillotière
Depuis plusieurs mois, les habitants de la Presqu'île sont vent debout contre les incivilités et les nuisances sonores. Un mouvement qui semble faire des émules puisqu'une association et un collectif se sont montés dans le quartier de la Guillotière pour retrouver calme, propreté et sécurité dans leur quartier. Ils viennent de lancer une pétition pour trouver des soutiens. Lyon Capitale les a rencontrés. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut