Et si la solution était radicale ? Par Thierry Braillard et Pierre Daclin

Au XXème siècle, le mouvement des idées s'inverse, notamment dans la vulgate marxiste. L'individu disparaît à gauche au profit de l'Etat et de la société et les libertés sont défendues par les partisans de la société libérale qui est assimilée à la droite.
Au début du XXI ème siècle où en est-on ? Les idéologies se sont effondrées, le marxisme a fait faillite et les limites du libéralisme débridé sont évidents. Quant aux religions, malgré des dérives sectaires minoritaires, elles ne structurent plus dans le monde occidental la vie des sociétés. On sait que plus de la moitié des Français est soit athée, soit - au pire ou au mieux - agnostique. Où se situe donc maintenant le parti de l'ordre ou celui du mouvement ou pour parler plus actuel : où sont la gauche et la droite et comment organiser sans toucher aux libertés une société plus solidaire et plus juste socialement ?

A l'issue de la défaite de 1870, la république est proclamée de justesse à une voix près. Le mouvement ré publicain se divise, une partie se définit comme opportuniste : gouverner sans faire de vagues et l'autre se prononce pour une redéfinition de la société : ce sont les radicaux c'est-à-dire partisans de réformes en profondeur.
D'abord ils définissent le concept de République, concept plus vaste et plus philosophique que le seul concept de démocratie. La République est un système qui regroupe tous les citoyens autour de l'idée de Liberté, de défense de l'individu par rapport à la société et à l'état : de l'Egalité des hommes quels quesoient le rang social, la couleur de peau ou la religion, de la Fraternité. Le concept de lutte des classes est complètement étranger et antinomique à la pensée radicale.
C'est entre autres pour ça que l'idée communautariste n'existe pas puisque la pensée radicale dans la continuité de la révolution française est universelle pour tous les hommes. Ceci conduit naturellement à la laïcité qui renforce l'égalité des citoyens et empêche les conflits ethniques ou interreligions si destructifs dans la vie sociale d'un pays. Cette laïcité qui par définition n'est pas une attitude molle mais un combat permanent comme on peut le constater actuellement.
Le 3ème principe de base de l'humanisme radical est que tout doit être fait pour protéger et promouvoir les libertés individuelles dans le respect des lois de la République.

Dans cette période ou l'individu est de plus en plus contrôlé par l'informatique où les caméras urbaines et où nous entrons gaillardement dans le meilleur des mondes, cette attitude est complètement d'actualité .
Défenseur des libertés individuelles de la laïcité, de l'égalité mais partisan des réformes quant il faut les faire, avec ce souci politique du possible, le parti radical devrait retrouver la place qu'il n'aurait jamais du perdre et que manifestement le pays est en train de chercher.

Thierry Braillard et Pierre Daclin font partie du mouvement des radicaux de gauche.

à lire également
Hôtel de ville de Lyon © Eliot Lucas
TRIBUNE LIBRE – “Il est temps de sortir de l’idée qu’il n’y a que deux rôles possibles dans la démocratie locale, celui d’électeur et celui d’élu. (…) Il y a place pour des citoyens entreprenants, acteurs de la vitalité locale”, assure Hervé Chaygneaud-Dupuy, qui prône un “contrat de gouvernement local” donnant “toute sa place à cette forme d’engagement”.
Faire défiler vers le haut